Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le tarnais Infaco décroche le label Origine France Garantie

, ,

Publié le

Made in France

Le tarnais Infaco décroche le label Origine France Garantie
Nouveau succès pour l’inventeur du sécateur électrique.

Difficile de croire qu’une usine se cache en plein cœur du vignoble tarnais. C’est pourtant là qu’est né le fabricant de sécateurs électrique Infaco. Une localisation qui lui a permis de décrocher le précieux label Origine France Garantie. L’aventure a commencé il y a tout juste trente ans, lorsque Daniel Delmas inventa le premier sécateur électrique au monde, dans le sous-sol de la station-service que ses parents lui avaient léguée. "Mes amis vignerons, connaissant mon esprit inventeur, m’ont demandé de fabriquer un outil qui leur facilite la taille des vignes", résume-t-il avec son accent chantant.

Le succès est fulgurant. Les viticulteurs s’arrachent les 500 premiers modèles. Dans la foulée, Daniel Delmas récupère les appareils défaillants et fiabilise l’outil. "Le service après-vente nous aura sauvés la vie", s’amuse-t-il à rappeler. Aujourd’hui, la société (75 salariés, 27 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013) a été reprise par son fils, Davy. Près de 18 000 sécateurs sont produits chaque année dans l’usine, située non loin de la mythique station-service, et 30 000 y entrent pour révision. Infaco répare ses appareils pour mieux comprendre leurs défauts et produire des modèles plus performants, vendus au prix unitaire d’environ 1 400 euros. Tant qu’elle le peut, la société se fournit localement. Les têtes sont usinées à une dizaine de kilomètres. L’électronique est fabriquée à Toulouse, les lames à Thiers (Puy-de-Dôme), le plastique à Oyonnax (Ain). "Seuls les moteurs et le textile proviennent de l’étranger, mais si un jour on peut sourcer en France, on le fera", assure Daniel Delmas. Leader mondial sur son créneau, Infaco veut pérenniser l’emploi et continuer à produire à Cahuzac-sur-Vère.

Timothée L'Angevin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle