Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Le système industriel de PSA devient très competitif", assure Denis Martin

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Entretien Nouveau patron de la région Europe, l'ancien directeur industriel de PSA Peugeot Citroën Denis Martin revient sur les transformations dans les usines françaises du groupe.

Le système industriel de PSA devient très competitif, assure Denis Martin

L'Usine Nouvelle - Que manque-t-il aux usines françaises pour être au niveau des meilleurs sites européens de PSA - Vigo en Espagne et Mangualde au Portugal ?

Denis Martin - Il ne leur manque rien ! Il existe beaucoup de compétences dans les usines françaises. L'agilité, qui est une vertu en Espagne et au Portugal, se met progressivement en place en France via l'accord de compétitivité. A Mulhouse et à Sochaux, nous avons ainsi lancé la transformation de nos processus de production pour les amener aux meilleurs savoir-faire mondiaux.

Ces transformations ont pour conséquence le passage, à Mulhouse et à Poissy, à une seule ligne de production...

Les derniers sites compétitifs construits aujourd'hui sont dimensionnés pour produire au maximum 360 000 véhicules. Or nos sites France sont dimensionnés pour en faire 500 000. C'est surdimensionné. Aujourd'hui les usines françaises sont transformées pour avoir une capacité performante à 200 000 véhicules produits par an.

Que faire alors de l'usine de Rennes qui ne devrait pas dépasser les 100 000 unités par an ?

Nous travaillons sur l'usine pour qu'elle soit rentable sur 100 000 unités fabriquées. Ce travail va des économies d'énergie à un travail sur la supply-chain, sur les flux dans l'usine. Mais Rennes a les capacités de produire 200 000 unités par an.

Le plan "Back in the race" prévoit une baisse des coûts de 600 euros par voiture produite d'ici fin 2014. Avez-vous atteint cet objectif ?

Nous l'avons atteint et même dépassé. L'objectif est désormais de baisser encore ces coûts de 500 euros d'ici 2018. Il faut travailler sur la performance des achats, sur la supply-chain et sur notre système de production. Je tiens à le souligner : notre système industriel devient très compétitif.

Pauline Ducamp, en direct du Mondial de l'automobile

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle