Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Symop met en avant les entreprises qui investissent

, , ,

Publié le

Après les labels Productivez! du Symop, le Syndicat des machines et technologies de production, voici les premiers prix du même nom. Trois lauréats désignés parmi 55 entreprises labélisées en 2013, pour prouver qu’investissement dans les outils de production rime avec développement et embauches.

Le Symop met en avant les entreprises qui investissent © Symop

Les entreprises citées

Un îlot robotisé chez un fabricant de meubles de cuisine, un logiciel universel pour piloter des machines-outils développé par une PME spécialisée dans la mécanique de précision, une machine spéciale conçue par une entreprise familiale pour fabriquer ses outils. Ces trois projets, très différents, ont un point commun. Ils ont permis de relancer la croissance de l’entreprise. La Société alsacienne de meubles (Salm) de Sélestat (Bas-Rhin), Cauquil de Mondouzil (Haute-Garonne) et Magafor de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) sont les trois vainqueurs des premiers prix Productivez! organisés par le Syndicat des machines et technologies de production, le Symop. Ils sont issus des 55 entreprises qui ont obtenu le label Productivez! au cours de l’année 2013.

Les responsables du Symop ne manquent jamais de rappeler le retard français dans les investissements en robotique, pourtant indispensables pour améliorer la compétitivité de notre industrie. Avec les labels et les prix Productivez!, ils mettent en avant les entreprises qui ont fait l’effort d’investir et en récoltent les fruits.

Salm divise par sept le temps de fabrication

Salm (399 millions d’euros de chiffre d’affaires, 1 400 employés) a investi 4 millions d’euros dans un îlot robotisé, complété par un machine à découper au jet d’eau. Là où il fallait sept ou huit jours pour produire une cuisine intégrée, un seul jour est aujourd’hui nécessaire. Dans le même temps, les conditions de travail se sont améliorées. Les opérateurs sont dégagés des tâches les plus simples et peuvent consacrer plus de temps à des tâches comme le contrôle qualité. Un nouvel îlot, encore plus performant, est prévu pour cette année. La Salm espère maintenir une croissance de 5% par an et poursuivre son développement à l’export pour passer de 15% à 25% de son chiffre d’affaires.

Prouctivité augmentée de 15% pour Cauquil

Cauquil (8,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, 77 employés) a investi dans plusieurs centres d’usinage pour conserver sa compétitivité et répondre aux demandes de ses clients du secteur de l’aéronautique. Mais le problème de la formation de la trentaine d’opérateurs embauchés sur les deux dernières années n’était pas simple à résoudre. Pour faciliter la tâche des jeunes opérateurs et les rendre les plus polyvalents possible, Cauquil a développé en partenariat avec MCM, le fabricant italien des centres d’usinage, un logiciel capable de piloter les machines-outils, quelle que soit leur marque. Le logiciel informatise également la transmission des informations et des consignes nécessaires à chaque changement d’opérateur. Grâce à lui et aux lasers de contrôle qui permettent de faire tourner les machines la nuit sans intervention humaine, la productivité a augmenté de 15% et les pièces peuvent être livrées sous 24 à 48 heures. Pour 2014, Marc Alaux, directeur général, table sur une croissance de la production de 25% à 30% par rapport à 2013.

Magafor gagne 35% sur son prix de revient

Magafor (17,9 millions de chiffre d’affaires, 188 employés) a décidé de devenir maître d’œuvre de ses équipements. Cette PME familiale, créée en 1937 et dirigée par un représentant de la troisième génération, ne trouvait plus de machines compétitives pour fabriquer des forêts à centrer. Le système de transfert rotatif fabriqué par le constructeur de machines spéciales Céri (Louviers, dans l’Eure) sert simultanément quatre centres d’usinage à commande numérique et est assisté par un robot. Cet équipement a permis de diviser par trois le temps de production et a diminué le prix de revient total d’un forêt à centrer de 35%.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle