Le sultanat d'Oman pourrait acheter des chasseurs Eurofighter

Publié le

LONDRES (Reuters) - Le sultanat d'Oman veut acheter un nombre non spécifié de chasseurs Eurofighter, annonce le gouvernement britannique de Gordon Brown.

Le sultanat d'Oman pourrait acheter des chasseurs Eurofighter © REUTERS

Le communiqué publié par un porte-parole du Premier ministre ne donne aucune précision sur le nombre d'appareils ni sur la date prévisionnelle de conclusion du contrat. Il se borne à souligner que les négociations durent depuis trois ans.

La presse avait indiqué fin 2008 qu'Oman était en discussion avec BAE Systems pour acheter 24 Eurofighter Typhoon d'une valeur estimée à 1,4 milliard de livres (1,6 milliard d'euros).

Ni le gouvernement ni BAE n'ont dit si le contrat comprenait les avions prévus à l'origine pour l'armée de l'air britannique.

Confronté à la nécessité de réduire son budget militaire, le Royaume-Uni s'était montré réticent l'an dernier à acheter une troisième série de Typhoon, avant de céder aux appels de l'Allemagne, dit-on de sources militaires.

Le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne sont parvenus à un compromis qui divise la troisième livraison en deux parties, connues sous les noms de tranches 3A et 3B.

Mais le secrétaire d'Etat britannique à la Défense Quentin Davies avait déclaré à Reuters l'an dernier que le Royaume-Uni n'avait pas pris d'engagement d'acheter de nouveaux appareils dans le cadre de la tranche 3A.

Après l'annonce faite par les services du Premier ministre, BAE a émis un bref communiqué : "Oman est un pays avec lequel nous avons une longue et précieuse relation. (BAE) est prêt et désireux de soutenir toute demande de sa part."

S'il est confirmé, le contrat avec Oman pourrait relancer le projet Eurofighter. Les partisans du Typhoon soulignent sa rapidité et sa souplesse, ses adversaires estiment qu'il s'agit d'un coûteux vestige de la Guerre froide.

L'Arabie saoudite a acheté 72 Typhoon en 2006 et l'Inde envisage d'acquérir l'appareil.

BAE Systems fabrique l'Eurofighter Typhoon avec l'italien Finmeccanica et le constructeur aéronautique franco-allemand EADS.

Les moteurs sont fournis par un groupement constitué du britannique Rolls-Royce et de l'allemand MTU Aero Engines.

Il est en concurrence avec le F-16 de l'américain Lockheed Martin, le F/A-18 Super Hornet de Boeing, le Rafale de Dassault, le MiG-35 russe et le JAS-39 Gripen du suédois Saab.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Nicole Dupont

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte