Un bagagiste vole un avion et s'écrase près de Seattle... et cela pose la question de la sûreté des aéroports

Richard Russel, un bagagiste de l’aéroport de Seattle (Etats-Unis), a dérobé un avion de fret vide. Il a décollé puis s'est volontairement écrasé dans la baie proche de la ville américaine dans la soirée du vendredi 10 août d'après a rapporté le Seattle Times. Au-delà de l’acte insensé d'un individu, le drame pose la question de la sûreté des aéroports.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un bagagiste vole un avion et s'écrase près de Seattle... et cela pose la question de la sûreté des aéroports
Richard Russel, un bagagiste de l’aéroport de Seattle (Etats-Unis), a dérobé un avion de fret vide, similaire à celui présent sur la photo, de la compagnie Horizon Air où il travaillait et s’est volontairement écrasé dans la baie proche de la ville américaine dans la soirée du vendredi 10 août.

Il est aujourd’hui toujours difficile de comprendre les motivations de Richard "Beebo" Russel, un bagagiste de l’aéroport de Seattle, après son acte fatidique du vendredi 10 août. Pourtant décrit comme sociable, le jeune homme, marié et sans histoires, s’est écrasé seul sur l’île de Ketron à coté de Seattle après une heure de vol à bord d’un avion de fret bimoteur à hélices Bombardier Q400 de la société Horizon Air qu’il avait dérobé.

Le déroulé du drame relève de l'irréel d'après les faits recueillis par le Seattle Times. En fin de journée vendredi, l’homme se rend dans la zone où sont stationnés les avions d’Horizon Air. A l’aide d’un tracteur d’aéroport, il réussit à tourner l’appareil de 180° puis l'aligne sur la piste 16C. Il est environ 19h30. Un contrôleur de la circulation aérienne demande alors au pilote de s’identifier à plusieurs reprises. Aucune réponse. L’homme effectue alors son décollage et vole pendant une heure et dix minutes Deux avions F-15C de l’armée, équipés de missiles et capables de voler à une vitesse de Mach 2,5 l'escortent. Les contrôleurs aériens établissent le contact avec le pirate et tentent de le faire se poser sur une piste voisine, en vain. L'avion s'écrase vers 21 heures après avoir effectué plusieurs manoeuvres dangereuses.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Après le crash, la police locale écarte rapidement la piste terroriste, privilégiant la thèse du suicide. La boite noire est en cours d'analyse.

Mais beaucoup d’interrogations subsistent à ce stade : comment le jeune homme a pu déjouer les procédures de sécurité de l'aéroport, et où il a-t-il appris à piloter un avion ?

Des manquements dans la sécurité des aéroports ?

La question de la formation du bagagiste se pose. Le jeune homme s’est montré capable de réaliser des figures très complexes comme un looping ou un vol en rase-motte avec un appareil beaucoup plus imposant qu’un simple avion de tourisme. La seule formation qu’aurait reçu Richard Russel viendrait de la pratique de jeux vidéo de simulation comme par exemple Flight Simulator ou Just Flight, très réalistes et qui proposent d’essayer de manœuvrer un appareil du même type que celui volé.

Néanmoins la plus grosse interrogation reste la capacité de l’homme à accéder aux pistes et à décoller, alors que l’aéroport de Seattle-Tacoma fait partie des dix aéroports les plus fréquentés du pays. Lorsque l’avion s’est présenté en bout de piste, les employés de la tour de contrôle ont demandé à l’appareil de s’identifier mais leur requête est restée sans réponse. Son travail de bagagiste lui permettait par ailleurs de se trouver dans la zone où se trouvaient les appareils de la compagnie.

En ce sens la sécurité n’aurait pas été prise à défaut selon Mike Ehl, directeur des opérations de l’aéroport de Seattle-Tacoma. Néanmoins pour Michael Huerta, ancien patron du régulateur aérien américain (FAA) interrogé par le quotidien Seattle Times, "c’était clairement un défaut de sécurité […] Cela ne me surprendrait pas que des mesures soient prises pour changer le protocole ou qu’on y ajoute des étapes".

(Vidéo récapitulative de l'accident publiée par The Guardian)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS