Le sucrier français Tereos fait grise mine

Au cours des six derniers mois, les ventes du numéro 2 mondial du sucre ont décru de 9% à 2,11 milliards d'euros. Un bien mauvais résultat que le groupe coopératif explique par la chute des cours du sucre.  

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le sucrier français Tereos fait grise mine
Tereos annonce avoir décuplé sa dette entre avril et septembre 2018

Rien ne va plus chez le numéro 2 mondial du sucre. Plongé dans une crise de gouvernance interne depuis le mois de juillet dernier, le groupe coopératif français vient d'annoncer des résultats en fort repli pour le premier semestre 2018 avec un chiffre d'affaire en baisse de 9% à 2,11 milliards d'euros par rapport à la même période l'an dernier.

Dégringolade des cours du sucre

Des mauvais chiffres que le groupe justifie par la dégringolade des cours du sucre. "La faiblesse historique des prix impactera significativement les résultats du groupe" explique, en effet, le sucrier. Au cours des derniers mois, ceux-ci ont dévissé à leurs plus bas

niveaux depuis 10 ans. Actuellement, l’or blanc s’échange à 345 dollars la tonne, contre 600 quelques semaines auparavant. "Cette situation ne permettra pas à Tereos d'atteindre un résultat net positif en 2018 " précise d'ores et déjà le groupe.

Excédent sur le marché mondial

Cette volatilité des cours du sucre est causée à la fois par les excellentes récoltes des grands producteurs de canne à sucre que sont le Brésil, l’Inde et la Thaïlande qui ont inondé le marché mondial, mais également par les choix faits par les acteurs européens à la veille de la fin des quotas en septembre 2017, et dont les conséquences se font seulement sentir.

A l’image de ce qui s’est passé sur le marché du lait en 2016, pour anticiper l’abolition des barrières aux importations et aux exportations, les sucriers européens n’ont pas hésité à demander à leurs coopérateurs d’étendre la surface de production. Sur l’ensemble du territoire européen, la culture de la betterave a ainsi augmenté de plus de 32%, ce qui a contribué au surplus sur les marchés mondiaux.

TEREOS SE VEUT RASSURANT

Mais Tereos ne se veut pas inquiet pour le moment. Malgré les mauvais résultats, le groupe nie toutes menaces sur l'emploi ou les sites européens. Au contraire, l'entreprise nordiste compte sur le deuxième semestre, où elle a concentré la plupart de ses ventes brésiliennes, pour redresser la barre. Tereos mise également sur ses activités amidonnières jugées plus résilientes. "Lors du semestre écoulé, les diversifications ont représenté 84 % du résultat d’exploitation" précise d'ailleurs le sucrier.

Un discours positif qui ne devrait pourtant pas suffire à calmer les contestataires internes. Ils n'hésitent pas à remettre en cause la stratégie d'internationalisation et de diversification de groupe. L'explosion de la perte nette qui a décuplé au cours de l'exercice 2018-2019 à 96 millions d'euros, devrait renforcer la fronde.

0 Commentaire

Le sucrier français Tereos fait grise mine

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Nouveau

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 25/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS