Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'avenir du spatial passe par les start-up... les acteurs historiques du secteur commencent à s'en rendre compte

Hassan Meddah , , ,

Publié le

Analyse L'annonce par le CNES de la création d'un fonds d'investissement en direction des start-up prouve que la culture du secteur spatial en Europe commence à bouger.

L'avenir du spatial passe par les start-up... les acteurs historiques du secteur commencent à s'en rendre compte
L'innovation dans le spatial, ce ne sont pas que de grands programmes comme Ariane 6, ce sont aussi des initiatives multiples issues de start-up.

Le centre national d'études spatiales (le CNES) vient d'annoncer la création d'un fonds d'investissement destiné à soutenir les start-up dans le domaine des satellites, des lanceurs et des nouveaux services. Il sera abondé à hauteur de 80 à 100 millions d'euros et agira dans la phase amont de leur développement. "Nous pensons que ce sont les start-up qui vont construire une partie de l'avenir du spatial", justifie Jean-Yves Le Gall son président. Il y a un an, son agence co-investissait déjà avec la PME toulousaine Nexeya pour concevoir des nanosatellites (environ 50 kg) à bas coût.

Volte-face

Ces initiatives sont révélatrices du revirement d'attitude des acteurs historiques du secteur spatial vis à de l'innovation de rupture. Dans un passé récent, certains d'entre eux ont manqué de flair ou de sens de l'anticipation. De leurs aveux même, Ariane Groupe, le maître d’œuvre industriel de la fusée Ariane et l'ONERA, l'institut de recherche aéronautique tricolore, ont ainsi snobé il y a plusieurs années ce qui n'était à l'époque qu'une start-up inconnue qui promettait de révolutionner le secteur spatial avec des fusées réutilisables. Ils venaient de refuser de s'associer à... SpaceX. 

Ce temps est révolu. Innovation, rupture technologique riment désormais avec spatial. Des incubateurs spécialisés dans ce domaine, comme Starburst Aerospace qui revendique avoir soutenu plus de 200 start-up dans les secteurs de l'aéronautique et de l'espace des deux côtés de l'Atlantique. Les Etats-Unis montrent le chemin. Les entrepreneurs de Californie promettent de révolutionner le secteur avec des lanceurs à bas coûts, des nouvelles technologies de fabrication dans l'espace ou de collecte des débris en orbite... De ce côté de l’Atlantique, on ne manque pas non plus de pépites comme ThrustMe, spin off de l'Ecole polytechnique et du CNRS, qui développe les premiers moteurs à propulsion électrique pour les minisatellites. La France et l'Europe se réveillent. Bonne nouvelle.

 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus