Le soutien du gouvernement au marché automobile à l’étude

Lors d’une conférence de presse mercredi 13 juin, Arnaud Montebourg a répondu à l’appel de Carlos Tavares.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le soutien du gouvernement au marché automobile à l’étude

La veille, le numéro deux de Renault appelait les pouvoir publics à la rescousse. Les ventes de voitures ne cessent de chuter en France et en Europe, plaçant les constructeurs dans une position délicate. C’est la raison pour laquelle Renault, par la voix de Carlos Tavares, demande des mesures d’aide de l’Etat.

"Cette demande est parvenue jusqu'au gouvernement (...) Nous avons mis à l'étude cette proposition", a confirmé le ministre du Redressement productif, insistant sur le fait que le secteur automobile bénéficiait d’une attention particulière.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Toutefois, "nous ne sommes pas en mesure de vous donner des informations, car nous avons besoin d'en discuter avec le Président de la République et le Premier ministre", a-t-il pris le soin de préciser. "Si vous avez un contexte de chute de la demande d'automobiles, il est extrêmement difficile pour un Etat d'aller contre le vent négatif du marché". "Mais il peut toujours prendre des décisions, nous en reparlerons", a-t-il conclu.

Il a par ailleurs solidement affirmé la position du gouvernement sur le véhicule électrique, bien décidé à "réussir cette rupture technologique". "Nous considérons que la France est capable, à travers Renault, de disposer d'un avantage compétitif et comparatif décisif. Nous mettrons donc tout en oeuvre pour que le véhicule électrique réussisse son installation durable sur le marché domestique français", a déclaré le ministre.

La nécessité d’une réponse européenne sur le sidérurgie

Arnaud Montebourg s’est également emparé du dossier ArcelorMittal, tout aussi épineux. "Je vais engager une tournée européenne des pays détenteurs de sites ArcelorMittal. Je me rendrai le 5 juillet à Luxembourg, le 26 juin à Bruxelles pour rencontrer mes homologues et je crois qu'un voyage est prévu en Espagne également", a-t-il détaillé.

Selon l’ex candidat à la primaire socialiste, la réponse devra être européenne. "La fermeture des sites ArcelorMittal mérite une réponse stratégique au plan européen vis-à-vis d'un outil industriel aussi important qu'est l'acier". Il n’a pas manqué de rappelé que l’Europe avait "débuté par le charbon et l'acier".

"L'acier, alors que c'était un bien capitalisé au niveau européen, a été laissé entre les mains d'une entreprise transnationale dont les centres de décision sont très éloignées du territoire européen", a jugé le ministre. "Notre choix est (...), si cela nous est possible, de travailler à des solutions alternatives nous permettant de conserver des capacités industrielles".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS