Le sous-traitant aéronautique Cauquil investit 4 millions pour suivre les cadences

La société Cauquil, qui a rejoint la holding industrielle de l'équipementier rochefortais Simair en 2015, prévoit d'investir 4 millions d'euros sur trois ans pour développer le parc machines de son usine de Mondouzil (Haute-Garonne).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le sous-traitant aéronautique Cauquil investit 4 millions pour suivre les cadences
Atelier de Cauquil à Mondouzil.

Après avoir doublé son site industriel en 2012, avec la construction de 3 900 mètres carrés supplémentaires, le sous-traitant aéronautique Cauquil, basé à Mondouzil (Haute-Garonne), dans l'agglomération toulousaine, engage un nouveau plan d'investissements de 4 millions d'euros pour suivre les montées en cadences de ses principaux clients et accompagner le développement de nouveaux marchés.

Augmentation capacitaire, gain de productivité et création d'emplois

L'essentiel de ce plan, évalué à 4 millions d'euros sur trois ans, va être consacré au développement du parc machines. Une première tranche est déjà engagée, avec l'acquisition de trois premières machines d'usinage (une 5 axes et deux 4 axes), qui seront opérationnelles dès le mois de juin 2016.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En parallèle, la société met en place sur l'ensemble de son parc machines un nouveau système d'optimisation des outils, doté d'un analyseur de rotation, qui doit lui permettre de gagner en productivité. "Le gain attendu est de l'ordre de 10% à 15% selon les machines", précise Marc Alaux, directeur général de Cauquil.

D'ici 2018, la société, qui emploie actuellement 82 salariés, compte également renforcer ses effectifs d'une vingtaine d'emplois supplémentaires.

Montée en cadences sur l'A350 et le Boeing787

Spécialisée dans l'usinage de pièces mécaniques de structure et de moteur en métaux durs (inox, titane, inconel), Cauquil se positionne à la fois sur de la pièce de série, du prototype et de la première série industrielle. Depuis quelques années, elle développe aussi des activités de montage de petits sous-ensembles et de production en dépannage rapide.

La société, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 11,3 millions d'euros en 2015, contre à peine 3,5 millions en 2004, compte passer le cap des 16 millions en 2018. Une croissance portée principalement par la montée en cadence des programmes A350 et Boeing787. Cauquil livre notamment à Latécoère les crochets de fermeture de portes du 787. Mais aussi par l'obtention de nouveaux marchés. Elle vient ainsi de remporter un nouveau contrat avec son client historique Aircelle, rebaptisé depuis peu Safran Nacelles, sur l'A330neo et est négociations avancées avec Snecma (Safran Aircraft Engines) pour le programme Leap.

Vers la structuration d'une ETI

Cauquil profite également depuis peu d'une nouvelle dynamique de groupe. Créée en 1947 et actuellement co-dirigée par Didier Cauquil et Marc Alaux, la société a rejoint au printemps 2015 la holding industrielle de l'équipementier Simair, qui a son siège à Rochefort (Charente-Maritime). Une opération conduite par les deux fonds familiaux Nisima et Shango, avec le soutien de Natixis.

Dans la foulée, d'autres opérations de croissance externe ont été réalisées, dont l'acquisition de Caromar, à Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et une prise de participation au sein du bureau d'études Nimitech, à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées).

L'objectif est maintenant de structurer cet ensemble industriel, qui pèse pas loin de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec un effectif de quelque 400 salariés, pour donner naissance à une nouvelle ETI.

Marina Angel

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SIMAIR
ARTICLES LES PLUS LUS