Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le sort de PSA Aulnay sur la table

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le cas de l’usine automobile sera au centre des débats toute la semaine, du rapport Sartorius remis aujourd’hui au conseil municipal d’Aulnay jeudi.

Le sort de PSA Aulnay sur la table © D.R. - PSA

Sommaire du dossier

Avant l’été, ils avaient promis de faire parler d’eux. Les syndicats de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) n’auront pas besoin cette semaine d’actions coups de poings pour que leur sort soit sur toutes les lèvres. La remise du rapport de l’expert gouvernemental Emmanuel Sartorius à Arnaud Montebourg ce matin remet sur le métier la fermeture du site annoncée par PSA en juillet.

Invités à la remise, les représentants syndicaux d’Aulnay souhaitent surtout évoquer la revitalisation des terrains, promise par Philippe Varin. "Notre objectif, c’est qu’aucun salarié ne se retrouve à Pôle Emploi", martèle Tanja Sussest, déléguée du syndicat majoritaire sur le site, le SIA.

Intérêt pour les terrains

Ces dernières semaines, différentes branches de PSA ainsi que plusieurs entreprises extérieures se sont montrées intéressées par les terrains, situés autour des bâtiments de production. La piste de karting pourrait par exemple accueillir des succursales commerciales de Peugeot et Citroën, PSA pourrait aussi implanter son école de formation pour les commerciaux. Une entreprise de démontage et recyclage de véhicules envisage de s’installer sur le site, tout comme Gefco, mais avec un nombre limité de reclassements d’anciens salariés PSA.

"Nous manquons de données chiffrées, en termes d’emplois", regrette Eric Charlier, représentant CFE-CGC sur le site. Seul élément concret : 600 reclassements assurés sur le site par différentes entreprises qui souhaitent s’installer le long de l’autoroute du Nord. Plus de détails émergeront peut-être mercredi. Les syndicats doivent rencontrer la direction pour évoquer le suivi du plan d’économies. Le SIA s’est d’ailleurs étonné que les dirigeants de PSA n’aient pas été conviés à la remise du rapport Sartorius. "Nous aurions aimé dialoguer avec eux, ne pas les laisser de côté", explique Tanja Sussest.

Un dialogue élargi aux collectivités

Un dialogue plus large avec les collectivités locales de Seine-Saint-Denis et d’Ile-de-France, voire de Picardie, c’est aussi ce que demandent les syndicats. "Nous voulons une mobilisation politique sur l’ensemble de la région, avertit Eric Charlier. On parle beaucoup du bassin d’emplois d’Aulnay-sous-Bois, mais une majorité des salariés viennent de l’Oise ou du Val d’Oise, grâce aux transports mis en place par PSA. Sans eux, ils ne souhaiteront peut-être pas continuer de travailler à Aulnay".

Certains élus locaux ont avancé des propositions. Le maire socialiste d’Aulnay, Gérard Ségura, affirme qu’il aura un droit de regard sur les entreprises qui souhaitent s’installer sur le site. Le conseil municipal abordera la question PSA Aulnay jeudi. L’ancien président PS du conseil général Claude Bartolone aurait proposé de baisser les charges des entreprises qui s’installeraient sur le site et reprendraient les ex-salariés PSA.

De source syndicale, les salariés qui quitteraient l’entreprise toucheraient en moyenne 1 000 euros par année d’ancienneté.

Les syndicats attendent peu du rapport Sartorius"
"Hermétique", "sans attente" : avant même sa remise, le rapport d’Emmanuel Sartorius suscite peu d’enthousiasme. Les représentants syndicaux de PSA Aulnay se fient plus aux conclusions d’un autre rapport, mené à la demande des élus au comité d’entreprise par le cabinet Sécafi. "Plusieurs scénarios pour Aulnay mais aussi pour Rennes y seront exposés. L’alliance avec General Motors sera aussi évoquée. Nous verrons des alternatives à ce qui a été décidé", souligne Eric Charlier. Sécafi achèvera son travail mi-novembre.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle