Le sort de l’usine Goodyear d’Amiens nord scellé le 31 janvier ?

Le bras de fer entre la direction et la CGT laisse penser qu’une fermeture pure et simple du site est possible. Mais la direction pourrait aussi décider de fermer la partie tourisme pour vendre la partie "agricole" à un autre industriel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le sort de l’usine Goodyear d’Amiens nord scellé le 31 janvier ?

"Communication du directeur général sur la stratégie et l’établissement du site d’Amiens nord : c’est l’ordre du jour du Comité central d’entreprise (CCE) de Goodyear Dunlop Tires France qui se tiendra jeudi 31 janvier à 9h30 à Rueil-Malmaison (Hauts de Seine), siège de Goodyear en France.

Si personne, en dehors de la direction de Goodyear, ne connait le contenu de cette communication, l’hypothèse d’une fermeture du site d’Amiens nord (1 250 salariés) commence à circuler. Le Courrier Picard, dans son édition du mercredi 23 janvier, y a consacré une page avec un titre et un point d’interrogation : "Goodyear proche de l’épilogue ?"

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Jointe par usinenouvelle.com, la direction de Goodyear Dunlop Tires France se refuse à tout commentaire, invoquant l’impossibilité de communiquer au public des informations dont les partenaires sociaux doivent avoir la primeur jeudi 31 janvier.

L’usine Goodyear d’Amiens Nord (par opposition à celle d’Amiens Sud appelée aussi usine Dunlop qui se trouve de l’autre côté de la rue) a deux activités distinctes : une activité de fabrication de pneumatiques tourisme (750 salariés) et une activité de fabrication de pneus agricoles (500 salariés). La question que se posent aujourd’hui les représentants des salariés est la suivante : la direction va-t-elle annoncer la fermeture de toute l’usine (pneu tourisme et pneu agricole) ou uniquement la fermeture de l’activité tourisme ? Les deux scenarii sont plausibles.

La direction de Goodyear a pris il y a cinq ans la décision de stopper pour des raisons de rentabilité insuffisante son activité de fabrication de pneus tourisme à faible ajoutée à Amiens nord, tout en conservant une activité de pneus à plus forte valeur ajoutée sur son site "Dunlop" - 1 100 salariés - qui se trouve de l’autre côté de la rue. Parallèlement, le groupe était décidé à vendre l’activité de pneus agricoles de son usine d’Amiens nord, à un industriel du secteur. Le groupe américain Titan s’était dit intéressé par l’acquisition des activités agricoles de cette usine, à condition que soit signé et engagé le PSE sur la partie tourisme. Un PSE dont ne voulait pas la CGT, qui avait même réussi à le bloquer en justice.

En juin 2012, en pleine campagne pour les législatives et après un bras de fer de cinq ans, direction et CGT entament des négociations pour transformer ce PSE en un plan de départs volontaires. Mickael Wamen, le leader CGT du site et candidat aux législatives (avec une étiquette de communiste dissident), crie victoire début juin et déclare que la CGT a "gagné une bataille". Le syndicat aurait réussi à "faire plier" la direction de Goodyear qui ne veut plus fermer le site d’Amiens nord puisqu’elle enterre son PSE. Dans la réalité, la direction n’a jamais renoncé à fermer le site, même si elle n’en convenait que mezza voce. Jointe en juin 2012 par usinenouvelle.com, elle précisait que sa "stratégie de désengagement" restait inchangée.

Mais patatras ! A quelques heures d’une présentation de le cet accord pour un plan de départs volontaires en CCE fin septembre 2012, la CGT, conseillée par son avocat Me Rilov, quitte la table des négociations et annonce qu’elle ne signera pas l’accord. Certains salariés très intéressés par les compensations financières du plan de départs volontaires sont déçus mais ne le disent pas en public. La CGT explique sa volteface en disant que les garanties apportées par Titan, le repreneur potentiel pour la partie agricole du site, sont insuffisantes. Selon la direction, Titan s’était engagé à reprendre les 500 salariés correspondant à cette activité, à les maintenir dans leur poste pendant deux ans. Il s’était aussi engagé à investir plusieurs dizaines de millions d’euros pour faire du site d’Amiens sa plateforme européenne et son centre de R&D européen. La direction parle alors "d’irréalisme social et d’irresponsabilité de la part de la CGT" et laisse entendre que l’attitude de la CGT ne va pas favoriser une reprise par Titan de l’activité agricole du site. En septembre 2012, la direction déclarait à usine nouvelle.com : "Nous étions d’accord et nous étions très confiants. Il n’y avait aucun départ contraint. Nous avions amendé notre projet dans les moindres détails. Les conditions financières étaient bien plus intéressantes que toutes les autres options que l’on pourra trouver maintenant".

Depuis septembre 2012 et l’échec des négociations sur ce plan de départs volontaires, les négociations entre la CGT et la direction sont au point port. Sur le conseil de la CGT et de Me Rilov, des dizaines de salariés ont porté plainte contre la direction de Goodyear pour "harcèlement moral".

De notre correspondante en Picardie Claire Garnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS