Le site PSA de Vesoul signe un accord pour mettre fin aux 35 heures

Après le récent accord de rupture conventionnelle collective signé en janvier 2018, PSA remet en question les 35 heures au sein de son site de Vesoul (Haute-Saône). Un accord a été signé le jeudi 14 juin.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le site PSA de Vesoul signe un accord pour mettre fin aux 35 heures
PSA remet en question les 35 heures au sein de son site de Vesoul.

Le site PSA de Vesoul (Haute-Saône) a signé le jeudi 14 juin un accord pour augmenter le temps de travail au-delà des 35 heures. L'accord entrera en vigueur en septembre et concerne les 3000 salariés du site. Il a été signé par les syndicats FO, CFTC et CFE-CGC qui représentent près de 80% des salariés. La CGT est le seul syndicat ayant refusé l'accord en raison de l'absence de compensation salariale complète. Les salariés contre l'accord ne seront pas licenciés automatiquement mais auront la possibilité d'être mutés sur un autre site PSA.

L'accord prévoit 80 embauches jusqu'en 2020, un engagement à ne pas sous-traiter les nouveaux contrats et un investissement de 20 millions d'euros dans la modernisation du site. Par ailleurs, les salariés percevront une prime de performance de 100 euros fin 2019 et verront leurs heures supplémentaires rémunérées avec une majoration de 40% entre 37h45 et 43 heures puis 50% au-delà de 43 heures.

Lors du comité social et économique du site PSA à Vesoul, le 14 mai, le groupe PSA a présenté aux salariés le projet d’accord sur l’allongement du temps de travail. Unique en France, le site de Vesoul ne construit aucun véhicule pour le groupe PSA mais fabrique et stocke des pièces détachées. Une annonce qui avait fait réagir les organisations syndicales. Dans un communiqué, la CGT expliquait : "La direction vient de proposer aux organisations syndicales, à travers un accord local, de remettre en cause les 35 heures en augmentant le temps de travail effectif de 7,8 %, le passant de 7 heures à 7 heures et 33 minutes par jour, soit de 35 heures à 37 heures et 45 minutes par semaine." Le syndicat faisait aussi état d’une "augmentation de 2,8 % des salaires". Dans la version signée le 14 juin, l'augmentation est de 3,1%.

Les syndicats ouverts à la négociation

Contacté à l'époque par téléphone, Force Ouvrière, le syndicat majoritaire du site, expliquait que la proposition de PSA venait en application des ordonnances Macron. "Nous n’avons pas d’avis pour le moment", a expliqué son délégué syndicat, "mais on ne peut pas faire autrement que d’être présent autour de la table des négociations." FO a consulté l’ensemble des salariés du site de Vesoul avec d’ores et déjà une idée des vœux qu’ils émettront. "Nous souhaitons faire le maximum pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés. Aussi demanderons-nous des embauches, de nouvelles activités et une vision plus détaillée sur plusieurs années du site de Vesoul."

Une volonté de pérenniser un site en danger

Contactée suite à cette annonce, la direction n’a pas souhaité communiquer. "Nous sommes actuellement dans un processus de négociation et avons engagé des discussions de co-construction avec les représentants du personnel de Vesoul." PSA n'a souhaité pas non plus s’engager sur le temps que prendront ses négociations, Force Ouvrière a parlé d’un mois de négociations. Un porte-parole du groupe nous a, toutefois, assuré que "l’objectif de ces négociations est d’assurer la pérennité globale et l’avenir du site pour gagner en compétitivité". Aucun emploi ne devrait être directement touché par cet accord. "Des postes devraient en effet être supprimés, mais il s’agit là d’un accord de rupture conventionnelle signé pour l’ensemble du groupe en janvier 2018", a tenu à rappeler le syndicat majoritaire du site.

PSA Vesoul pourrait même récupérer de l’activité

Enfin, avec le rachat d’Opel Vauxhall par PSA en août 2017, la direction du groupe a confié que "si les conditions de performance du site de Vesoul sont réunies, il se pourrait que le site récupère l’activité pièces détachées pour Opel France", auparavant détenue par l’usine de Gonesse (Val-d’Oise) et représentant une cinquantaine d’emplois.

Antonin Tabard

0 Commentaire

Le site PSA de Vesoul signe un accord pour mettre fin aux 35 heures

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS