Le site de Rio Tinto à Saint-Jean-de-Maurienne serait repris par l’allemand Trimet

Les négociations pour la reprise du site savoyard pourraient aboutir dans trois ou quatre semaines.

Partager
Le site de Rio Tinto à Saint-Jean-de-Maurienne serait repris par l’allemand Trimet

Ce dossier industriel parmi les plus chauds d’Arnaud Montebourg pourrait bientôt être résolu. Le président de la société allemande Trimet vient en effet d’annoncer que les négociations pour la reprise des sites de Rio Tinto Alcan de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) et de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) pourraient aboutir dans trois ou quatre semaines. De quoi rassurer les 460 salariés concernés.

Avec cette annonce, c’est le secteur métallurgique français qui respire. Le site de Saint-Jean-de-Maurienne est en effet le berceau historique mondial de la production d’aluminium, anciennement dans le giron du fleuron national Pechiney. Les actions médiatisées de certains salariés auront enfoncé le clou. De quoi inciter le ministre du Redressement productif à agir. Il avait d’ailleurs dès février dernier annoncé que des repreneurs avaient été identifiés.

Cette reprise imminente intervient dans un moment charnière pour le site. Depuis plusieurs années, l’actuel propriétaire, l’anglo-canadien Rio Tinto Alcan, menace de le fermer en raison de négociations tendues avec EDF. Il a signé avec celui-ci des tarifs d’électricité très avantageux en 1984, mais le contrat s’achève en 2014. Et sa reconduction passe par une renégociation des tarifs. Or Rio Tinto Alcan ne cesse de dire que la nouvelle offre n’est pas jugée suffisamment intéressante.

Un repreneur qui souhaite investir

Si ce point revêt une telle importance, c’est en raison du caractère fortement énergivore de la production d’aluminium : à cause du procédé d’électrolyse employé, la consommation d’électricité représente 30 à 40% du coût de production. Rio Tinto Alcan fait donc traîner les discussions depuis trois ans pour inciter EDF à revoir les tarifs à la baisse… menaçant dans le même temps de fermer les sites français du groupe.

L’arrivée de l’allemand Trimet, officialisé en mars, a rebattu les cartes. Ce groupe familial de 1 900 salariés est considéré comme le plus à même de reprendre les sites de production. "On peut envisager un investissement de 200 à 250 millions d'euros sur dix ans", a expliqué le président du groupe à l’AFP. Des déclarations effectuées après avoir rencontré au siège du groupe, à Essen, Arnaud Montebourg qui s'est déplacé en Allemagne pour "juger sur pièces" cette offre, accompagné d’Hervé Gaymard, président du conseil général de Savoie, de deux députés et de deux sénateurs de la région.

Olivier James

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS