Le site d’ArcelorMittal à Florange est viable, selon un rapport officiel

De nouveaux investissements doivent être faits sur le site mosellan, ont assuré les experts diligentés pour faire un état de lieux de l’aciérie menacée depuis des mois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le site d’ArcelorMittal à Florange est viable, selon un rapport officiel

C’est vendredi 27 juillet qu’a été rendu au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg le rapport mené sous la houlette de Pascal Faure, vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies.

La mission mise en place début juin avait pour objectif, selon le communiqué du ministère, d’examiner "les évolutions du marché de l'acier en France et en Europe, puis a dégagé les pistes permettant d'assurer un avenir industriel et économique pérenne au site sidérurgique de Florange".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Et ses conclusions sont nettes. Elles mettent en avant le fait que le site dont les deux hauts fourneaux sont arrêtés depuis des mois est "viable, rentable et fiable". Malgré tout, le rapport souligne que le site nécessite un investissement de 400 à 500 millions d’euros.

Compenser les retards des dernières années

Le ministère précise que le rapport "met en évidence les atouts du site intégré de Florange, idéalement localisé par rapport à ses grands clients, notamment automobiles, et qui se distingue par la technicité des aciers à haute valeur ajoutée produits par ses chaînes à froid, fruits des innovations du centre de recherche et développement voisin de Maizières-lès-Metz".

Une note de synthèse obtenue par l’AFP estime qu’un plan d’investissement rapide doit être mis en place sur le site. L’objectif étant "de compenser les retards pris ces dernières années et de prendre des décisions rapides pour conforter l’avenir du site et restaurer la confiance au sein des salariés".

Des syndicats contents

Pour eux justement, le rapport est satisfaisant. Selon François Pagano (CFE-CGC), "il faut que les choses aillent vite, car humainement, les salariés sont usés, et industriellement car les outils sont à l'arrêt depuis des mois et puis, sortir 5-6 millions pour une filière à l'arrêt, ça ne peut plus durer. Nous sommes désormais sûrs que le gouvernement a les mêmes priorités que nous: de lever les incertitudes et de travailler pour convaincre Mittal de se positionner - soit il investit, soit il délaisse la filière sidérurgique".

Son homologue de la CGT, Yves Fabbri, la satisfaction est aussi de mise. "C'est le troisième rapport qui arrive à la même conclusion, on est très satisfait, reste maintenant à voir quelle sera la volonté politique", assure-t-il.

François Hollande aux commandes

A l’issue d’une réunion de trois heures avec le ministre du Redressement productif, les syndicats ont expliqué qu’Arnaud Montebourg leur avait indiqué que le président de la République, François Hollande, s’occuperait personnellement du dossier. Une manière de suivre une autre des recommandations du rapport, qui préconise "l’instauration sans délai d’un véritable dialogue stratégique entre l’Etat et le groupe ArcelorMittal".

En cas de "divergence irréductible", "il conviendrait d'examiner les perspectives d'évolution de l'actionnariat et le périmètre correspondant", souligne tout de même le rapport.

Arnaud Montebourg a évoqué divers scénarios selon les syndicats, dont celui d'un repreneur (plusieurs se sont déjà manifestés) dans l'éventualité où Mittal délaisserait le site lorrain, selon les syndicats. A l'unisson, les syndicats par ailleurs ont rappelé leur attachement à l'idée d'un projet de loi obligeant un industriel se désengageant d'une usine à la céder, en cas d'offre de reprise.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS