L'Usine Agro

Le Sima, l'autre salon de l'agriculture

, , , ,

Publié le

Le Sima, le salon des fournisseurs de l'agriculture et de l'élevage, a vu affluer dès son ouverture dimanche 22 février 2015 une foule importante de visiteurs. Ils viennent y découvrir des innovations dans le domaine de la performance et du confort jusqu'au 26 février.

Le Sima, l'autre salon de l'agriculture © SIMA Paris

Il y a le Salon de l'agriculture, porte de Versailles à Paris, et l'autre, moins médiatisé car destiné à un public professionnel : le Sima, à Paris-Nord Villepinte. Bisannuel, il rassemble tous les constructeurs de machines agricoles en tout genre et draine une foule impressionnante. L'édition de 2013 avait accueilli presque 250 000 visiteurs.

 

Notre dossier : Au Salon de l'agriculture, le numérique est dans le pré

 

Lundi matin, peu de temps après l'ouverture, les allées étaient bondées et l'on entendait parler allemand, italien ou anglais. "Dimanche, c'était encore pire, souligne un exposant. Les visiteurs viennent en famille. Les agriculteurs travaillent souvent en couple."

Etre là avec un grand stand

L'édition 2015 voit une forte progression du nombre d'exposants, qui passe de 1350 en 2013 à 1740 cette année. Le salon accueille 14% de nouveaux exposants français et 38% de nouveaux exposants internationaux. Il est vrai que les réservations ont été réalisées longtemps à l'avance, à un moment où les difficultés rencontrées par le secteur n'étaient pas encore avérées. 

"Ce n'est pas un salon où nous réalisons des ventes que nous n'aurions pas faites sans lui, confie le représentant d'un constructeur international. Mais il faut être là avec un grand stand. Sinon, cela susciterait des commentaires... Et pour nous, qui vendons par l'intermédiaire d'un réseau, c’est l'occasion de rencontrer nos clients qui viennent, eux, admirer les modèles les plus haut de gamme, comme le font les amateurs au Salon de l'automobile." Les surfaces se comptent en milliers de mètres carrés, avec parfois des dizaines de tracteurs, charrues, système d'épandages...

Tracteurs high-tech

Les grands noms poussent toujours plus loin le souci du détail et de la performance. Le poste de conduite d'un Massey-Ferguson, d'un John Deere ou d'un Claas est plus moderne que celui d'une automobile, avec un cockpit réellement insonorisé, le passage des vitesses d'une simple poussée sur une petite manette, y compris pour passer de la marche avant à la marche arrière, un grand écran pour la cartographie, des joysticks et des boutons qui tombent sous la mains pour assurer les différentes commandes de l'engin tracté connecté par un bus intelligent. Côté confort, on trouve même des options pour un siège en cuir.

Les "Sima Innovation Awards", prix décernées par le salon, résument la tendance : deux médailles d'or sont décernées à Claas pour la cabine panoramique de son tracteur Arion 400 et à John Deere pour son semoir de précision à grande vitesse. Les trois médailles d'argent à Berthoud pour l'incorporation sécurisée des produits phytosanitaires, à Kverneland pour son combiné presse-enrubanneuses non-stop et à John Deere pour son système d'attelage entièrement automatisé.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte