Le siège de Leclerc perquisitionnné par la DGCCRF

PARIS (Reuters) - Le groupe de distribution E.Leclerc a été la cible d'une perquisition de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, qui s'est achevée mercredi matin, a-t-on appris auprès de la DGCCRF.
Le siège de Leclerc perquisitionnné par la DGCCRF
Le groupe de distribution E.Leclerc a été la cible d'une perquisition de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, qui s'est achevée mercredi matin. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Cette perquisition, entamée mardi, visait le siège du numéro un de la distribution alimentaire en France, à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, précise-t-on de même source.

Contacté par Reuters, le groupe E.Leclerc a précisé que ces investigations portaient, "comme prévu et annoncé", sur les négociations commerciales annuelles entre les distributeurs et leurs fournisseurs, qui devaient s'achever ce mercredi.

"On s'étonnera d'une telle procédure, alors même que les négociations sont en cours et, pour l'heure, non abouties", a déclaré une porte-parole. "Les années précédentes, Bercy attendait la signature des contrats avant d'exercer ses contrôles. Mais la période est aux annonces politiques."

Selon cette porte-parole, "plusieurs grandes multinationales seraient à l'origine" de ces investigations.

Celles-ci "s'expliqueraient par la position d'E.Leclerc, opposé à l'augmentation des prix de vente aux consommateurs telle que prévue dans le projet gouvernemental débattu à l'Assemblée nationale", qui prévoit une augmentation du seuil de revente à perte, a-t-elle poursuivi.

"Instruite par ces multinationales, l'administration veut s'assurer qu'E.Leclerc ne pourra pas contourner cette obligation de hausse en achetant à ces multinationales via une entité européenne", a-t-elle ajouté.

E. LECLERC DIT DÉFENDRE LES CONSOMMATEURS

La porte-parole se réfère au projet de loi fondé sur les conclusions des états généraux de l'alimentation et présenté le 31 janvier en conseil des ministres.

Ce texte prévoit notamment une remise à plat des règles du jeu en matière de relations commerciales et de partage de la valeur entre agriculture, transformation et distribution.

Michel-Edouard Leclerc, PDG du groupe du même nom, avait d'emblée émis des réserves sur un projet de loi susceptible, selon lui, de pénaliser in fine les consommateurs.

"Les centres E.Leclerc rappellent qu'ils sont légalistes, mais comme toutes les organisations de consommateurs, ils sont opposés aux effets inflationnistes du projet de loi, qui ponctionnera le pouvoir d'achat des Français de manière importante", a fait valoir la porte-parole du groupe.

Le distributeur reprend l'évaluation de l'organisation de consommateurs UFC-Que Choisir, selon laquelle cette perte de pouvoir d'achat pourrait atteindre cinq milliards d'euros.

Les augmentations prévues par le projet de loi "porteront pour plus de 70% sur les marques multinationales et ce alors même qu'aucun mécanisme, ni obligation, n'est imposé à ces industriels pour redistribuer cette manne aux agriculteurs français", déplore le groupe.

Sa porte-parole assure que les centres E.Leclerc "resteront constructifs malgré les polémiques, respecteront l'esprit des états généraux de l'alimentation, mais feront tout pour éviter aux consommateurs un prélèvement aussi important sur leur pouvoir d'achat".

(Myriam Rivet et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

E. LECLERC

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS