Le sidérurgiste marocain Maghreb Steel plonge dans le rouge

En attendant la publication officielle des résultats attendus fin mars, le sidérurgiste marocain avertit que ses résultats 2012 seront mauvais. En cause, de lourds investissements à contre cycle et une déprime à la fois des prix et du marché de l'acier .

Partager
Le sidérurgiste marocain Maghreb Steel plonge dans le rouge

Il fallait s'y attendre. La surproduction européenne sur le marché de l'acier, la faiblesse du BTP au Maroc l'an dernier associées à la concurrence des produits importés d'Espagne ou de Turquie vont faire plonger dans le rouge le résultat net 2012 de Maghreb Steel. C'est ce qu'a reconnu l'entreprise dans un communiqué publié le 12 mars.

La contraction des marges commerciales explique donc ce résultat tout comme un lourd plan d'investissement réalisé à contre cycle et financé par endettement.

Un très important investissement de 5,7 milliards de dirhams

Le site principal de Maghreb Steel implanté sur 30 hectares entre Mohammedia et Casablanca comprend notamment depuis 2001 une ligne de laminage à froid transformant des bobines laminées à chaud initialement importées.

Le groupe y a finalisé en 2012 un très important investissement de 5,7 milliards de dirhams (513 millions d'euros) s'étalant sur plusieurs années pour se doter notamment d'une partie chaude à savoir une aciérie électrique et deux laminoirs à chaud de bobines et de tôles fortes. Cet investissement avait été inauguré en grandes pompes par le roi Mohammed VI en avril 2012.

Dirigé par l'industriel Fadel Sekkat, le groupe créé en 1975, et dont la capacité globale serait de 2,9 millions de tonnes, exporte plus de la moitié de sa production vers l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie.

Affronter la concurrence des géants européens

Mais, dans un contexte économique déprimé sur le Vieux continent, il doit affronter la concurrence des géants européens de la sidérurgie que ce soit à l'export ou sur son marché intérieur. En 2012, les importations marocaines d'acier ont atteint 250 000 tonnes alors que.le groupe ne tournerait qu'à 40% de ses capacités.

Résultat : Maghreb Steel a affiché une perte nette de 245 millions de dirhams (22 millions d'euros) au premier semestre 2012 (contre un résultat net positif de 42 millions de dirhams en 2011 avec un chiffre d'affaires semestriel en recul de 8% à 1,4 milliard de dirhams (126 millions d'euros). Le groupe emploie 2 000 salariés.

Le sidérurgiste a formellement demandé en novembre l'ouverture d'un enquête anti dumping auprès des autorités marocaines. Et Fadel Sekka dans une interview à l’hebdomadaire Maroc Hebdo a estimé mi-janvier que seul "l'État pouvait sauver notre groupe de la faillite."

La cessation de paiements évitée de peu

L'unique producteur d'acier plat au Maroc veut aussi "diversifier son activité et rationaliser ses coûts de production". Il a par ailleurs décidé de surseoir à un investissement d'un milliard de dirhams (90 millions d'euros) prévu pour se doter d’un haut fourneau pour le traitement du minerai de fer.

En effet, fin décembre 2012, l'aciériste a été dans l'incapacité de rembourser ses dettes auprès des banques et a alors évité de peu la cessation de paiements. Le groupe n'est pas coté en Bourse mais a émis des billets de trésorerie sur le marché financier.

Dans cette affaire d'importance pour le Maroc, suivie de très près par le monde politique et des affaires, certaines des banques du groupe (Attijariwafa Bank, BCP, BMCE, Crédit du Maroc...) sont venues à son secours en rééchelonnant ses dettes.

Par ailleurs, "les actionnaires de la société ont procédé, en décembre 2012, à une augmentation du capital social de 600 millions de dirhams [NDLR : 54 millions d'euros] par apport en numéraire" précise le groupe par communiqué.

Une dette nette qui représente le quadruple des fonds propres

Avec une dette nette de 7 milliards de dirhams qui représente le quadruple de ses fonds propres, selon l'hebdomadaire Tel Quel, le sidérurgiste marocain doit donc négocier un virage très difficile. L'amélioration de sa situation est suspendue à la vigueur de l'économie marocaine (5,5% de croissance prévue en 2013 par le FMI) et au redémarrage hypothétique du marché européen toujours en berne comme l’illustrent les difficultés d'ArcelorMittal ou de ThyssenKrupp.

Quant à l'autre sidérurgiste du Maroc, la Sonasid, filiale à 32,4% d'ArcelorMittal et spécialisée dans les produits longs, il a vu son cours à la Bourse de Casablanca divisé par trois en l'espace d'un an.

Nasser Djama avec Pierre-Olivier Rouaud



Agrandir le plan

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - PARIS HABITAT OPH

Refonte du paramétrage et de la donnée du SIRH HR Access

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS