Le sidérurgiste britannique Corus pris au piège

Partager

Trois ans après la fusion de British Steel avec le hollandais Hoogovens, la courte histoire de Corus tourne à la catastrophe. Le sidérurgiste britannique vient d'annoncer pour 2002 une perte nette de 676 millions d'euros (pour un chiffre d'affaires de 10,6 milliards d'euros), supérieure à celle de 2001. Son directeur général a démissionné vendredi. Et, le groupe négocie dans l'urgence un renouvellement de crédits auprès des banques, afin de financer une restructuration... qui s'ajoutera aux 10.000 emplois déjà supprimés en Grande-Bretagne depuis juin 2000.

Ce bilan très sombre est encore aggravé par l'échec de la vente de son activité de transformation de l'aluminium à Pechiney, qui devait lui rapporter 750 millions d'euros. Les administrateurs hollandais ont refusé que le produit de la vente à Pechiney serve à renflouer les usines britanniques. Corus a été jusqu'à porter l'affaire devant la justice hollandaise. Sans succès.

Thierry LUCAS

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS