Le Sial ouvre sous fond de crises et de taxations des industriels

Hausse des matières premières, difficultés chez les industriels de la viande, hausse des taxes sur le secteur des boissons… Le salon international de l’agroalimentaire (Sial) s’ouvre dans un contexte tendu pour la filière française.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Sial ouvre sous fond de crises et de taxations des industriels

140 000 professionnels de l'agroalimentaire et 5 900 exposants de 100 pays sont attendus dimanche 21 octobre pour l’ouverture du Salon international de l’agroalimentaire (Sial) qui se tient à Paris Nord-Villepinte.

Cette année, ce grand rendez-vous biannuel s’ouvre dans un contexte tendu pour l’agroalimentaire français, première industrie du pays en chiffre d’affaires (157,2 milliards d’euros) et en nombre de salariés (500 000). Malgré une balance commerciale largement excédentaire à 6,8 milliards d'euros en 2011, soit une hausse de 23,1 % par rapport à 2010, le secteur connait de fortes disparités, marqué notamment par la flambée des matières premières dans certains secteurs.

Hors boissons et tabac, l’industrie agroalimentaire est déficitaire de 1,3 milliard d’euros. En cause : un décrochage particulièrement sensible dans le secteur des viandes notamment dans le porc et la volaille, marqué récemment par la faillite retentissante du groupe Doux.

Les ministres boycottés

Parallèlement, le secteur des boissons fait également grise mine à cause d’une augmentation de la fiscalité. Après la mise en place des taxes dites Fillon l’an dernier sur les spiritueux et les sodas, le gouvernement vient d’annoncer une augmentation du tarif du droit d'accise sur la bière, qui devrait rapporter 480 millions d'euros à la Sécurité sociale dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS).

L'Association nationale des industries alimentaires (Ania) a fait valoir que cette augmentation du droit d'accise sur la bière devrait faire baisser sensiblement les ventes des industriels avec un coût de 800 millions d'euros pour un secteur dont le chiffre d'affaires total est de 2 milliards d'euros.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, accompagné du ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, devraient venir inaugurer le salon dimanche. L'Ania a fait savoir que ses représentants ne seront pas à leurs côtés afin de marquer son désaccord avec les taxes imposées par le gouvernement.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS