Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le seul site français de Toshiba TEC : un exemple de reconversion

, , ,

Publié le

Reportage

Le seul site français de Toshiba TEC : un exemple de reconversion

Investissement. Depuis quelques semaines, le site Toshiba TEC Europe Imaging Systems SA (TEIS) à Dieppe en Seine-Maritime, à proximité du Havre, est devenu le seul site industriel et logistique français du groupe nippon Toshiba, le numéro 7 mondial en équipements électriques et électroniques fort d’un chiffre d’affaires de 68 milliards de dollars en 2009.

 
Toshiba TEC Europe Retail Information Systems (Teris), succursale commerciale spécialisée en solutions d’encaissement et impression industrielle, y a transféré, courant janvier 2011, ses activités de services jusqu’ici situées à Arcueil, en banlieue parisienne. Un ajout d’une quinzaine d’emplois (CDI et précaires) pour le site qui en comptent désormais 250 au total, dont la moitié dédiée aux toners et l’autre, aux services.
 
En plus de cette logistique de distribution de plus de 3 000 références (consommables, service spare et produits finis), le site dieppois regroupe des activités de production de toners et de cartouches plastiques ; d’assemblage, de configuration à la demande et de remise à neuf de photocopieurs ; de réparation de cartes ; ainsi que le centre national d’appels du groupe en France, qui enregistre plus de 10 000 appels SAV et près de 4 000 commandes de consommables par mois.
 
Une belle aventure, commencée en 1990, qui aurait pu s’achever de façon très différente. Car, au début des années 2000, le site ne proposait plus qu’une activité d’assemblage industriel de photocopieurs - transférée inévitablement en Chine ! - et à laquelle s’étaient adjointes auparavant la production d’encres toner et les cartouches, et un peu de logistique…
 
« En 2001, nous avons lancé la configuration à la demande des photocopieurs pour la France que n’assurent plus du tout les techniciens SAV. Nous en sommes aujourd’hui à 2 000 machines par mois », explique Alain Verna, le directeur de l’usine. Trois jours séparent ainsi la commande d’une imprimante « adaptée » de sa livraison au client, uniquement pour la France. Pour le reste de l’Europe, tout se passe depuis un autre centre Toshiba situé à Düsseldorf, en Allemagne. Reconditionnement et remise à neuf des copieurs pour répondre aux marchés de l’occasion (2003-2004), réparation de cartes électroniques pour le SAV (2009), logistique de distribution de lampes LED basse consommation (2009) ont alors suivi pour parvenir à la configuration actuelle du site dieppois… que Shuichi Asano, le directeur général de Toshiba TEC Europe, regarde aujourd’hui avec beaucoup d’intérêt.
 
 
Les entreprises ne regardent pas à la… couleur !
 
« L’usine Toners », la plus importante, produit 1 400 tonnes de poudres par an (4 lignes), fabrique et embouteille les cartouches plastiques de toners (3 lignes). C’est l’une des trois unités du groupe au monde dans ce domaine, les deux autres sont situées au Japon et aux Etats-Unis. En juillet prochain, l’activité toners en France (125 personnes) démarrera également la « couleur », pour répondre à l’évolution de la demande locale. Jusqu’ici, ces produits « couleur » arrivent des Etats-Unis.
 
« L’Europe est en retard dans ce domaine, mais on y vient inévitablement, avec la multiplication dans les entreprises des présentations Power Point en couleurs ; des titres en gras ; de la photo et des graphes intégrés dans les documents », poursuit l’industriel. D’ailleurs, le passage en numérique n’a fait qu’accélérer la consommation de toners : il y a dix ou quinze ans, l’encre recouvrait en moyenne 8 à 10 % d’une feuille imprimée. Aujourd’hui, c’est plus de 20 %...
 
D’ici à deux ans, les machines dieppoises vont donc évoluer techniquement (pour un coût d’environ 1 million d’euros par ligne), pour produire un toner « couleur » - rouge, bleu, jaune et noir -, nécessairement plus fin, d’une grosseur de 6 microns contre 11 microns pour le toner « noir ». Ce qui n’est pas si simple, y compris pour les opérations de contrôle-qualité. « Nous faisons des toners de plus en plus fins, donc de plus en plus complexes, avec des contraintes supplémentaires. Gagner 1 micron lors du broyage équivaut à une consommation supplémentaire d’énergie de 15 %, explique le patron de l’unité. Nous cherchons donc à abaisser un maximum de coûts par ailleurs. »
 
Chaque année, quatre nouveaux modèles de toners sont produits sur le site. « Au total, de nos quatre lignes sortent neuf types de toners, équivalent à plus de 70 cartouches différentes une fois embouteillés », poursuit-il… Car, à chaque photocopieur, son toner et sa cartouche pour une performance optimale.
 
 

Quelques chiffres sur Toshiba TEC Europe Imaging Systems (TEIS):
1999 : création de TEIS (initialement division de Toshiba Systems France)
Environ 237 salariés (CDI), dont 50% toners et 50% services
Un site de 11,3 hectares et 3,3 hectares de terrains
5 000 mètres carrés dédiés à la logistique
5 400 unités de stockage

·  


Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle