Le Sénat se saisit du dossier du gaz de schiste

La commission des affaires économiques du Sénat a décidé de saisir l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) d'une demande d'étude sur les solutuions alternatives à la fracturation hydraulique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Sénat se saisit du dossier du gaz de schiste

"La recherche est possible sur d'autres techniques que celle de la fracturation hydraulique", avait déclaré François Hollande mardi 13 novembre lors de sa conférence de presse, relançant ainsi le débat sur les possibilités d'explorer et d'exploiter les gisements de gaz de schiste en France.

Daniel Raoul, président socialiste de la commission des affaires économiques du Sénat, n'a pas tardé à s'engouffrer dans cette brèche ouverte par le président de la République.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

C'est sur sa proposition que la commission de la chambre-haute du Parlement a décidé mercredi 14 novembre de saisir l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) d'une demande d'étude sur les solutions alternatives à la fracturation hydraulique.

"Sans qu’il soit question de revenir sur la prohibition du recours aux techniques de fracturation hydraulique, la commission a considéré qu’il serait regrettable d’interdire toute réflexion et recherche permettant la mise au point de technologies alternatives et respectueuses de l’environnement", indique la commission des affaires économiques du Sénat dans un communiqué diffusé ce jeudi 15 novembre.

"Ces technologies permettraient notamment de mieux évaluer les ressources contenues dans le sous-sol français afin éventuellement de les exploiter en définissant un cadre réglementaire très strict", ajoute le communiqué

L'OPECST réunit dix-huit députés et dix-huit sénateurs. Sa mission est "d'informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin d'éclairer ses décisions", précise le communiqué du Sénat. Cet office est actuellement présidé par le sénateur UMP de la Haute-Marne Bruno Sido.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS