Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le secteur du véhicule industriel a retrouvé son niveau d'avant-crise

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

L'Observatoire du véhicule industriel a publié le 8 janvier les résultats pour l'année 2018, marquée par un bel exercice et un retour aux niveaux d'avant-crise, malgré les gilets jaunes. L'étude prédit néanmoins un léger fléchissement en 2019 et anticipe la progression des énergies alternatives.

Le secteur du véhicule industriel a retrouvé son niveau d'avant-crise
L'Observatoire du véhicule industriel a été publié le 8 janvier pour l'année 2018.
© Scania - c.c

Mardi 8 janvier, BNP Paribas Rental Solutions a publié les résultats de son Observatoire du véhicule industriel (OVI). L’étude dresse un bilan de l’année 2018 et des perspectives pour 2019 dans les secteurs du transport routier de marchandises (TRM) et du véhicule industriel (VI). Après une année 2018 marquée par un bel exercice, l’OVI prévoit un fléchissement en 2019. L'Usine Nouvelle a sélectionné les principales conclusions de l’étude.

Malgré les gilets jaunes, une belle année 2018

Les blocages liés au mouvement des gilets jaunes n’ont pas suffi à saper l’activité du véhicule industriel et du transport routier de marchandises. L’OVI salue un niveau “proche des plus hauts de 2008 pour tous les segments d’activité” avec une croissance de 8% des immatriculations.

“Le mouvement de croissance est déjà engagé depuis trois ou quatre ans”, décrit à L’Usine Nouvelle Jean-Michel Mercier, directeur de l’Observatoire du véhicule industriel. “Le marché tracteur progressait tous les ans et il est en train d’atteindre des sommets. Il y a plutôt un rattrapage pour le marché porteur dans la mesure où il a connu un grand creux entre 2010 et 2016. Un mouvement de reprise s’est fait depuis 2017 mais il se confirme vraiment en 2018.”

Fléchissement à relativiser pour 2019

L’Observatoire note tout de même une tension en fin d’exercice. L'Usine Nouvelle relatait les difficultés des acteurs logistiques avant les fêtes de fin d’année. À cela se sont ajoutées des inquiétudes liées à la croissance et à l’instabilité du marché pétrolier.

L’OVI prédit également un fléchissement de -5,5% des immatriculations en 2019. Une évolution à remettre en perspective, comme l’explique Jean-Michel Mercier : “À 54 500 unités en 2018, nous sommes un peu en sur-régime par rapport au potentiel actuel du marché. Pour les porteurs, il risque d’y avoir des goulots d’étranglement. Un véhicule porteur est un châssis livré par un constructeur et une carrosserie réalisée par un carrossier. Il n’y a pas forcément les capacités disponibles immédiates pour traiter rapidement les commandes. Pour les tracteurs, nous avons peut-être atteint un niveau le plus haut.”

Les énergies alternatives progressent

L’OVI insiste enfin sur la progression des nouvelles énergies dans le secteur : GNV, biocarburants ou électrique. “L’offre disponible et opérationnelle aujourd’hui c’est le GNV. L’offre de véhicules électriques sera probablement disponible seulement à la fin 2019. Il faudra encore du temps pour que cela se concrétise”, décrit Jean-Michel Mercier.

Les points d’avitaillements publics de GNV ont ainsi progressé de 50% en 2018 pour 120 stations et 69 nouveaux points sont déjà annoncés courant 2019. Grâce à ces chiffres, “les objectifs à 2020 ont été dépassés dès 2018”, note l’OVI. Depuis 2014, l’OVI estime que le nombre de véhicules GNV immatriculés double tous les ans avec 11 100 véhicules en 2018 (2% du total des immatriculations).

“Nous avons un horizon assez court pour réaliser des objectifs très ambitieux sur la baisse des émissions de CO2 des poids lourds. Le grand sujet va être la réalisation de ces objectifs car cela démarre maintenant. Nous sommes en train de constituer les bases”, conclut Jean-Michel Mercier.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle