Le scandale de la viande de cheval et la taxe poids lourds : la revue de presse de l'industrie

Les quotidiens nationaux et régionaux reviennent tous sur le scandale alimentaire qui touche de nombreux produits surgelés de la marque Findus. Retour également sur la grogne des routiers liée à la mise en place de la taxe poids lourds.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le scandale de la viande de cheval et la taxe poids lourds : la revue de presse de l'industrie

Le scandale de la viande de cheval secoue l'industrie agroalimentaire

De nombreux plats surgelés ont été retirés des rayons, ont annoncé dimanche 10 février les distributeurs. La marque Findus et son fournisseur Comigel auraient découvert que ces plats contenaient de la viande de cheval en lieu et place de bœuf.

Pour Les Echos, "le scandale de la viande de cheval met en cause la chaîne de contrôles" et relance ainsi le débat sur la traçabilité de la viande.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De son côté 20 Minutes ironise en titrant "L'étalon dans l'estomac".

Sur son site internet, France Info consacre un dossier aux questions soulevées par ce scandale. Interrogé par la station, José Bové explique que cet épisode illustre "la logique financière à l'oeuvre" dans la filière. Le député européen va demander l'ouverture d'une enquête à l'échelle du continent.

Les routiers mobilisés face à la taxe poids lourds

Ouest France revient également sur l'affaire de la viande de cheval. Mais le quotidien consacre également sa une à la grogne des routiers face au projet de taxe poids lourds, alors que le Sénat se penche sur ce texte ce lundi 11 février. Ouest France revient ainsi sur les raisons qui poussent les routiers à protester. L'écotaxe doit s’appliquer aux camions de plus de 3,5 tonnes circulant sur les principaux axes routiers gratuits.

Une filiale d'EADS visée par une enquête du FBI

La police fédérale américaine envisage de lancer une enquête contre une filiale britannique du groupe aéronautique européen EADS, GPT Special Management Systems, pour corruption dans le cadre d'un contrat en Arabie saoudite, rapporte le Financial Times.

Dans le cadre de ce contrat portant sur des équipements de communications, obtenu via le ministère de la Défense anglais, GPT aurait offert à des responsables militaires saoudiens des voitures de luxe, selon des documents consultés par le FT.

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS