Le savoir-faire français au service du ferroviaire marocain

Publié le

A l’occasion du déplacement de Nicolas Sarkozy le 29 septembre, l’accent a été mis sur l’exportation des compétences françaises pour le transport ferroviaire marocain.

Le savoir-faire français au service du ferroviaire marocain © L. Blevennec - Présidence de la République

Le président de la République n’est pas venu seul au Maroc. Avec lui, la SNCF et l’office national des chemins de fer marocain (ONCF) notamment. Ces deux entités en ont profité pour annoncer la signature d’un protocole d’accord pour la création d’un institut de formation aux métiers ferroviaires. "Cet institut sera basé au Maroc et accompagnera le développement d'un savoir-faire commun pour les exploitations nationales et au plan international", précisent les deux groupes.

Pour l’heure, les conditions de fonctionnement de cet institut ne sont pas clairement définies et ne le seront qu’au premier semestre 2012. Mais il proposera des formations axées sur la maintenance, les services aux clients et l'exploitation, en particulier la conduite des trains.

Un TGV pour 2015

Il devrait être opérationnel d’ici à la fin 2015. Date de la mise en service du train à grande vitesse entre Tanger et Casablanca, qui permettra de relier les deux villes en 2h10. Le Maroc a choisi la technologie française pour ce projet, à travers le groupe Alstom. "Les Français doivent savoir que ce TGV marocain, c'est de l'emploi pour les Français,  c'est des milliers d''heures de travail", explique Nicolas Sarkozy.

C’est d’ailleurs pour lancer les travaux de cette ligne que le président français Nicolas Sarkozy était au Maroc le 29 septembre. La construction de la ligne doit coûter 1,8 milliard d’euros, dont la moitié sera financée par la France elle-même. "La France est décidée à accompagner le Maroc politiquement bien sûr mais également économiquement", assure le président français. Une manière de rappeler que la France est le premier partenaire économique du Maroc.

Le futur TGV marocain sera le premier du continent africain et du monde arabe. Selon l’office national des chemins de fer marocain, le trafic de passagers est passé de 14 millions en 2003 à 34 millions en 2011.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte