Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Le Salon de l’Agriculture, passage obligé des candidats

Publié le

Veaux, vaches, cochons… C’est parti pour la grand’messe de l’Agriculture ! Demain s’ouvre à Paris, Porte de Versailles, la 49e édition du Salon international de l’Agriculture (SIA). La manifestation, qui dure près de deux semaines, devrait accueillir quelque 700 000 visiteurs. C’est en outre un passage obligé pour l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle.

Le Salon de l’Agriculture, passage obligé des candidats © arnaud26 - Flickr - c.c.

Dès dimanche, François Bayrou, lui-même agriculteur (il est éleveur de chevaux) devrait sillonner les travées à la recherche du vote paysan. Il sera suivi par les candidats des grandes formations. L’exercice peut être périlleux : on se souvient d’un passage mouvementé pour Nicolas Sarkozy en 2008…

Les 490 000 exploitations françaises affichent une santé à peu près retrouvée après une année 2009 extrêmement difficile. Le secteur reste la première puissance agricole européenne avec 65,8 milliards d’euros de valeur de la production. Et en 2011, l’excédent agroalimentaire s’est élevé au niveau record de 11,6 milliards (+3,6 milliards), notamment grâce aux produits agricoles bruts. Les exportations de céréales et d’oléoprotéagnieux sont en forte croissance du fait de la hausse des prix. Parmi les produits transformés, les vins et spiritueux sont la première source de devise. De quoi redonner le sourire aux viticulteurs français.

Les dossiers chauds du moment

Parmi les dossiers politiques qui attendent les candidats au Salon de l’Agriculture, la question de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC), qui devrait entrer en vigueur en 2014, est au premier rang des préoccupations. La baisse tendancielle des soutiens à l’agriculture et des mécanismes de régulation des marchés inquiètent les producteurs.

Le dossier des OGM a été mis sous le boisseau par le gouvernement, qui a reconduit le moratoire sur les cultures transgéniques cette année : les candidats devraient être interpellés. La contractualisation avec les industriels, initiée par l’actuel ministre de l’Agriculture, fait débat dans certaines filières, notamment laitière, où les producteurs peinent à s’entendre avec les grands transformateurs, notamment Lactalis.

Enfin, il devrait aussi être question du rapport Perruchot, mettant en cause le financement du syndicalisme agricole, mais aussi de l’omniprésence de la Fnsea, le syndicat majoritaire, dans les organismes de gestion du secteur, notamment les interprofessions agricoles. Entre deux dégustations de produits du terroir, les candidats sont attendus de pied ferme par les paysans…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle