L'Usine Auto

Le salarié de Tesla accusé de sabotage par Elon Musk se revendique lanceur d'alerte

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/06/2018 À 10H15

[ACTUALISE] L'ancien salarié de Tesla accusé de sabotage et de vol de données se revendique lanceur d'alerte dans un entretien publié le 20 juin dans le Washington Post. L'employé accuse Tesla de laisser des Model 3 équipés de batteries défectueuses sur le marché. Cette affaire intervient une semaine après l'annonce d'une vague de licenciements chez le constructeur automobile américain.

Le salarié de Tesla accusé de sabotage par Elon Musk se revendique lanceur d'alerte
Le PDG de Tesla Elon Musk accuse un employé de la Gigafactory de sabotage.
© Duncan Sinfield - capture YouTube

L’ancien salarié de Tesla accusé de sabotage par l’entreprise se revendique lanceur d’alerte. L’employé explique ses motivations dans un entretien accordé le mercredi 20 juin au journal américain The Washington Post. Alors que son identité n’avait pas encore été révélée, nous en savons désormais davantage sur lui.

L’ancien salarié de 40 ans s’appelle Martin Tripp et aurait travaillé comme technicien à la “Gigafactory”, l’usine Tesla de batteries électriques située dans le Nevada, d’octobre 2017 à juin 2018 où il a été licencié. Dans l’entretien, Martin Tripp explique avoir vu “des choses vraiment effrayantes” à l’intérieur de l’entreprise.

Il accuse notamment Tesla de laisser sur le marché des centaines de batteries défectueuses dans les berlines Model 3. L’ancien salarié reproche également à l’entreprise des pratiques peu soucieuses de l’environnement. Martin Tripp accuse enfin Elon Musk de mentir aux investisseurs sur le nombre de véhicules produits. Les difficultés de production autour du Model 3 ont effectivement été sources de discordes entre le PDG de l’entreprise et les actionnaires.

Une plainte déposée par Tesla pour le vol d'images confidentielles

Pour l’instant, l’affaire se résume à parole contre parole. Les accusations sont démenties par le constructeur de véhicules électriques qui accuse Martin Tripp de relayer des fausses informations aux journalistes. Une plainte a également été déposée contre lui pour avoir écrit un logiciel pour dérober des images confidentielles des systèmes de fabrication de Tesla. Martin Tripp se défend en assurant ne pas savoir coder.

Le 18 juin, dans un courrier adressé au personnel de Tesla, le PDG Elon Musk accusait un salarié sans le nommer d'avoir commis un "sabotage important et préjudiciable" aux opérations du groupe. Dans son courriel, le fondateur du constructeur automobile américain explique qu'un employé a modifié le code du système d'exploitation de l'entreprise et a exporté "d'importantes quantités de données Tesla hautement sensibles vers des tiers inconnus".

"La portée de ses actions n'est pas encore nette mais ce qu'il a admis jusqu'ici est plutôt mauvais", écrit Elon Musk. "Sa motivation déclarée est qu'il voulait une promotion qu'il n'a pas reçue", ajoute-t-il.

Le constructeur de voitures électriques cherche aussi à déterminer si le salarié en question "travaillait avec des organisations extérieures", peut-on lire dans le courriel.

"Une longue liste d'organisations veulent que Tesla meure"

"Comme vous le savez, il y a une longue liste d'organisations qui veulent que Tesla meure", écrit Elon Musk, citant des vendeurs à découvert à Wall Street, les compagnies pétrolières et les concurrents du constructeur automobile.

Ces accusations de sabotage surviennent une semaine après l'annonce par le groupe de la suppression de milliers d'emplois, soit environ 9% de ses effectifs, afin de réduire les coûts et d'améliorer sa rentabilité.

Le constructeur de la Silicon Valley peine depuis plusieurs mois à augmenter la production de la Model 3, son nouveau modèle sorti en septembre 2017 et crucial pour sa rentabilité sur le long terme.

Gina Antonini, une porte-parole de Tesla, n'a pas souhaité s'exprimer.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte