Le sable de Lafarge à Paris Plages, c'est fini

Suite aux différentes polémiques liées à Lafarge – la dernière en date concernant un éventuel intérêt du groupe pour le chantier du mur à la frontière américano-mexicaine – le Conseil de Paris a interrompu la participation du groupe à l’opération Paris Plages.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le sable de Lafarge à Paris Plages, c'est fini

LafargeHolcim et le "mur de Trump", suite. Mardi 28 mars, le Conseil de Paris a décidé de se "passer" des services du fabricant de matériaux dans le cadre de la prochaine édition de Paris Plages, qui se tiendra à l’été dans la capitale. L’assemblée chargée des affaires de la commune et du département de Paris souhaite ainsi réagir aux déclarations formulées au début du mois par le PDG de LafargeHolcim, Eric Olsen, qui s’était dit prêt à vendre son ciment dans le cadre de la construction du mur annoncé par le président des Etats-Unis Donald Trump à la frontière mexicaine.

En septembre dernier, le Conseil de Paris avait déjà été interrogé sur la question des liens avec Lafarge suite à la publication d’informations relatives au financement de membres de l’Etat islamique afin de poursuivre l’exploitation d’une cimenterie en Syrie en 2013 et en 2014.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Plus de sable à Paris plages

LafargeHolcim tient pour sa part à rappeler que sa contribution à Paris plages l’était sous forme de mécénat, depuis 2002, date du lancement de l’opération. La marie de Paris ne cherchera pas pour autant un nouveau fournisseur : d’après un de ses membres, contacté par 20 Minutes, le sable disparaîtra des voies afin de promouvoir les nouveaux aménagements du parc des Rives de Seine, le nom donné aux espaces désormais piétonnisés et qui seront inaugurés le 2 avril. L’entreprise franco-suisse indique par ailleurs qu’elle n’a établi "aucun contact" dans le cadre de la construction du mur à la frontière américano-mexicaine afin de fournir des matériaux.

Face à la polémique déclenchée par les propos d’Eric Olsen et au caractère sensible du dossier, plusieurs entreprises ont préféré jouer la carte de la prudence : le groupe français Vinci et le cimentier mexicain Cemex ont annoncé qu’ils ne participeraient pas au projet de mur, dont les appels d’offres ont été lancés. Les entreprises qui y répondront devront être capables d’ériger une installation haute de 9 mètres de haut et profonde de 2 mètres. Une structure d’une longueur de 1 100 kilomètres existe déjà le long de la frontière, longue de 3 200 km.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS