Le risque de déflation devrait pousser la Fed à agir

par Corbett B. Daly et Emily Kaiser

Partager

WASHINGTON (Reuters) - L'inflation a contre toute attente ralenti en septembre aux Etats-Unis, en dépit d'une reprise des ventes au détail, ce qui devrait encourager la Réserve fédérale à agir rapidement pour endiguer le risque de déflation.

Au cours d'un discours à Boston vendredi, le président de la Fed, Ben Bernanke, a laissé entendre que la banque centrale prendrait de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire. Les investisseurs anticipent un nouveau cycle de rachat d'actifs dès le mois prochain.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,1% en septembre, soit moins que prévu, et l'indice "core", qui exclut les éléments volatils que sont les prix de l'alimentation et de l'énergie, ressort inchangé par rapport à août, selon les statistiques officielles publiées vendredi.

Suite à la publication de ces données, les Bourses américaines ont réagi à la hausse à l'ouverture avant d'effacer leurs gains, les Treasuries ont reculé et le dollar amplifiait ses pertes.

RISQUE DE DÉFLATION

Une baisse prolongée des prix inciterait les consommateurs à reporter leurs achats et les entreprises à annuler leurs investissements, compromettant ainsi davantage la reprise économique.

Les investisseurs prévoient donc que la Fed injecte des milliards de dollars dans l'économie américaine pour soutenir la reprise.

Dans le même temps, les ventes au détail ont augmenté de 0,6%, soit plus que prévu en septembre aux Etats-Unis, soutenues notamment par les recettes du secteur de l'automobile ou encore de l'électronique a annoncé également vendredi le département du Commerce.

Ces chiffres suggèrent que la consommation est probablement restée plus soutenue qu'attendu par les analystes au troisième trimestre.

En outre, la hausse des commandes nouvelles et des livraisons a permis une progression bien plus forte que prévu de l'indice manufacturier de la Réserve fédérale de New York en octobre.

Cet indice d'activité dit "Empire State" ressort à 15,73 contre 4,14 en septembre et 6,50 attendu par les économistes interrogés par Reuters.

"Les ventes au détail et l'indice Empire State sont solides, ce qui suggère que l'économie se reprend. Mais l'inflation reste faible et problématique", commente Hugh Johnson, directeur des investissements chez Hugh Johnson Advisors.

L'économie américaine a fortement ralenti au deuxième trimestre, freinée par un déficit commercial important et par la réduction des aides gouvernementales.

Caroline Valetkevitch, Ryan Vlastelica, Emily Flitter, Wanfeng Zhou et Rodrigo Campos à New York, Catherine Monin pour le service français, édité par Gwénaëlle Barzic

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS