Le rideau tombe sur l’OPA de Roche sur Illumina

Après trois mois de négociations, le laboratoire suisse Roche a finalement renoncé à son OPA sur le spécialiste du séquençage Illumina. Décryptage de cet échec.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le rideau tombe sur l’OPA de Roche sur Illumina

L’Usine Nouvelle l’avait anticipé, Roche vient de le confirmer. Le laboratoire pharmaceutique suisse a finalement renoncé à l’offre publique d’achat qu’il avait lancée fin janvier sur Illumina. Car le spécialiste américain du séquençage et du génotypage de l'ADN a résisté. Malgré les efforts de Roche, qui avait pourtant relevé son offre de 15% fin mars, à 51 dollars l’action en numéraire contre 44,5 dollars auparavant, valorisant Illumina à 6,55 milliards de dollars.

Le culot d’Illumina

"Il faut quand même un peu de culot et un gros ego pour refuser cela, reconnait Marc-Olivier Bévierre, cofondateur et associé du cabinet de conseil Cepton Stratégies. Mais Illumina est plutôt en position de force : il est leader du marché du séquençage, un domaine très intéressant pour les big pharmas car il donne une longueur d’avance pour s’engager dans la médecine personnalisée." Un segment où Roche est pourtant favori. Mais le contexte a joué en défaveur du Suisse.

Le montant record de l’acquisition de Pharmasset, une biotech américaine spécialisée dans l’hépatite C rachetée 11 milliards de dollars en novembre dernier par sa compatriote Gilead, a pu donner des ailes aux autres patrons de "petites" sociétés. Illumina, au chiffre d’affaires de 902,7 millions de dollars en 2010, s’estimerait donc capable de trouver preneur plus tard… et pour plus cher. Et n’a pas particulièrement apprécié les manières de Roche, qui a écrit à plusieurs reprises directement aux actionnaires d’Illumina, pour les exhorter à accepter son offre. Reste que le Suisse avait toujours dit privilégier une opération non hostile. "Roche n’a pas ménagé ses efforts en vue de parvenir à une transaction négociée avec Illumina, mais celle-ci n’a pas voulu s’engager dans une discussion de fond", annonçait déjà le laboratoire pharmaceutique dans un communiqué fin janvier.

Roche, plutôt fourmi que cigale

Et le laboratoire suisse, aux 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011, est plutôt fourmi que cigale. "Roche a dû se fixer une limite : il préfère renoncer plutôt que surpayer une acquisition, juge Marc-Olivier Bévierre. Ce groupe a toujours eu une stratégie de très long terme, avec du recul, contrairement à Gilead qui a réalisé un achat d’impulsion avec Pharmasset, en raison du marché colossal que représente l’hépatite C dans les années à venir." Pas de quoi décourager Roche pour autant. Il promet déjà d’envisager de nouvelles opportunités pour renforcer sa position de leader dans le secteur du diagnostic. C’est ainsi qu’en 2008, il était parvenu à racheter un spécialiste du secteur pour 3,4 milliards de dollars… et de longs mois de négociations.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS