Le Révolution 22, voilier hors norme d’un chantier atypique

Avec son étrave ronde et large et sa coque d’aluminium, le Révolution 22 ne passe pas inaperçu dans les allées du salon Nautic (du 8 au 16 décembre 2012, porte de Versailles à Paris). Il est construit par un petit chantier naval rochelais.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Révolution 22, voilier hors norme d’un chantier atypique

Impossible de passer devant sans le remarquer. Avec sa coque en aluminium et, surtout, son énorme étrave ronde, le Révolution 22 tranche. Seul un petit chantier pouvait oser se lancer dans une telle fabrication de 6,80 mètres, trop originale pour toucher un très large public. Sa forme inhabituelle peut ne pas plaire. Mais, au-delà du Révolution 22, c’est son histoire et celle du chantier Afep Marine qui mérite l’attention.

Ce dériveur intégral hors normes est issu de Teamwork Evolution, un prototype vainqueur en 2011 de la mini-transat, avec son concepteur David Raison à la barre. Pour David Roy (35 ans), qui dirige le chantier familial rochelais, c’est le déclic. "Je cherchais un concept, la manière de réaliser un petit bateau en aluminium, mais je ne trouvais pas." Quand il découvre Teamwork Evolution, il imagine une extrapolation en aluminium de cette coque en carbone.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Je ne connaissais pas David Roy, j’ai pris contact avec lui par mail…". Les deux hommes s’entendent et l’architecte ingénieur va commencer par valider la faisabilité du projet avant de vendre son plan. Le Révolution 22 sera présenté pour la première fois en septembre 2012, au Grand Pavois de La Rochelle. David Roy a construit le prototype pour lui et l’un de ses amis, en copropriété. Le voilier est réalisé avec de l’aluminium de 6 millimètres dans les fonds et de 5 millimètres pour la coque, à l’aide d’une rouleuse à olive.

Un petit chantier aux grandes ambitions

Un type de fabrication qui convient à ce tout petit chantier qui ne compte actuellement que deux personnes. "Ce n’est pas un problème, assure David Roy. Nous sommes tous deux polyvalents, à la fois chaudronnier, menuisier, tourneur, fraiseur… Après un Deug économie et social et du monitorat de voile, j’ai appris mon métier sur le tas, à côté de mon père." L’objectif est de vendre trois unités en 2013 et cinq en 2014, avec l’embauche d’un salarié chaque année.

"Les grands chantiers délaissent cette taille de bateau, qui ne devrait pas connaître de croissance. Mais cette niche convient à un chantier comme le nôtre". Convaincu des qualités marines de son bateau, de sa très grande stabilité et de la taille de ses espaces intérieur et extérieur, David Roy imagine déjà un grand frère. Le chantier serait alors relancé, lui qui avait fabriqué au début des années 2000 la gamme des Manatea, voiliers de voyage en aluminium, avant de se consacrer exclusivement au service et à la maintenance, faute de commandes.

Patrice Desmedt

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS