Le retard du projet gazier Ichthys n’inquiète pas Patrick Pouyanné, le patron de Total

Le projet gazier Ichthys ne sera pas mis en service à la fin 2016, mais en mi-2017. Un retard dû à un fournisseur clé victime d’un surplus de commandes. L’immense gisement gazier du projet Ichthys, basé en Australie, devrait permettre la production de 8,4 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an.

Partager

Interrogé par Kyodo News, un journal japonais, le directeur général du groupe Total, Patrick Pouyanné, a rassuré sur le retard du projet Ichthys. Faute d’un surplus de commandes, un fournisseur clé ne pourra pas délivrer l’équipement nécessaire à la construction dans les délais. Le projet d’ampleur sera donc mis en service mi-2017, et non à la fin 2016 comme prévu initialement.

"Ce qui arrive à Ichthys n’est pas dommageable pour le projet", assure Patrick Pouyanné. Le directeur général de Total va même plus loin en affirmant que "cela est peut-être une bonne nouvelle". En effet, les prix du gaz et du pétrole sont bas en ce moment. "Peut-être que les prix seront plus haut en 2017 qu’en 2016".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un investissement de 34 milliards de dollars

Le projet Ichthys permettra au groupe Total de produire par an : 8,4 millions de tonnes gaz naturel liquéfié, 1,6 million de tonnes de gaz de pétrole liquéfié et 3,65 millions de barils de condensat, du pétrole léger. L’installation comportera, au large des côtes australiennes, une plate-forme de production semi-submersible et une barge flottante de production et de stockage en mer.

Ces structures se situeront au-dessus de cinquante puits qui alimenteront, en étant reliés par un gazoduc sous-marin, une usine de liquéfaction de gaz implantée à Darwin au Nord de l’Australie. La mise en œuvre de ce projet Ichthys mobilisera 30 000 personnes.

La construction des installations représente un coût de 34 milliards de dollars, soit environ 29,8 milliards d’euros. Un coût partagé avec le partenaire japonais Inpex, détenteur de 70% du projet. Ce projet représente un investissement pour Total car si le dirigeant du groupe se préoccupe des cours du gaz, il n’en reste pas moins à la recherche de bénéfices. "Quand on dirige une entreprise pétrolière, on ne parie pas sur le prix du gaz comme si on jouait joue pas au casino. Le but est d’être bénéficiaire quel que soit le prix du cours", a déclaré Patrick Pouyanné.

Engagé sous la présidence de l’ex-patron de Total, Christophe de Margerie, ce projet affiché clairement la volonté du groupe de se positionner comme un acteur majeur du gaz naturel liquéfié. Un objectif en passe d'être atteint.

Le projet Ichthys expliqué, avec un départ non plus en 2016 mais en 2017 :

Pierre Monnier

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS