Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le remaniement, le diesel, guerre du low-cost chez Renault-Nissan... la revue de presse de l'industrie

Publié le

La fin du remaniement avec l'annonce des 14 secrétaires d'Etat fait la une de la plupart des journaux ce jeudi matin. Les Echos consacrent un dossier à la stratégie des constructeurs automobiles confrontés à la fin de l'âge d'or du diesel. Toujours dans l'automobile, La Tribune s'intéresse à la guerre du low-cost au sein de l'alliance Renault-Nissan et de leurs marques à bas prix respectives : Dacia et Datsun.

Premier bilan du remaniement

Alors que 14 secrétaires d'Etat ont rejoint hier l'équipe de 16 ministres du gouvernement de Manuel Valls, la presse fait un premier bilan de cet épisode du remaniement. "Elysée, PS : Hollande remanie tout", titre Le Figaro, en référence à l'arrivée de Jean-Pierre Jouyet comme secrétaire général de l'Elysée et de Jean-Christophe Cambadélis à la tête du parti socialiste.

 

 

"Hollande saison 2" à la une de Libération. "Avec sept hommes et sept femmes, le gouvernement reste paritaire, mais il est rajeuni, avec une moyenne d’âge de 53,1 ans (contre 54,7 ans pour les seuls ministres)", constate le quotidien. Un gouvernement finalement peu renouvelé puisque "sur les 30 membres du gouvernement, 19 étaient déjà dans le précédent".

Sur son site internet, Libé présente les différents secrétaires d'Etat nommés la veille, des têtes connues qui faisaient partie du gouvernement Ayrault mais aussi de petits nouveaux comme la secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire.

 

 

La fin de l'âge d'or du diesel

Les Echos consacrent un dossier spécial au diesel avec une question : "pourquoi les constructeurs y croient encore".

"Les constructeurs automobiles lancent de nouvelles générations de moteurs, respectant la réglementation européenne Euro 6. De quoi délivrer des mécaniques diesel plus propres, au prix d'investissements qui se chiffrent en milliards d'euros", explique le quotidien économique.

Mais problème : avec l'alignement du prix des carburants, des progrès des motorisations essence et de l'évolution des comportements, la profitabilité de ce modèle est remise en cause. Principaux concernés, les constructeurs français, PSA et Renault, "qui avaient tous deux profité à plein du cadre fiscal mis en place autour de la technologie depuis les années 1950, et qui réalisent encore près de la moitié de leurs ventes mondiales en diesel", rappellent les Echos.

 

 

Guerre du low-cost chez Renault-Nissan

La Tribune revient de son côté sur la guerre commerciale entre deux alliés, Renault et Nissan, sur le terrain du low-cost. "Les voitures d'entrée de gamme à bas coûts étaient la spécialité de Renault et de sa marque roumaine Dacia au sein de l'Alliance avec Nissan. Mais le partenaire japonais lance son propre label à bas prix Datsun", écrit La Tribune.

Si, au sein de l'alliance, on évoque plutôt une coopération, avec notamment la plate-forme commune "CMF-A", les deux marques se retrouveront en concurrence frontale dans deux marchés d'avenir : la Russie et l'Inde. Une difficulté en vue pour Renault alors que le low-cost a représenté l'an dernier plus de 40% de ses ventes mondiales.

 

 

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle