Le régulateur américain mis en cause pour son manque d'implication dans le contrôle des Boeing 737 MAX

Selon le rapport d'un comité international d'experts publié le 11 octobre, l'autorité américaine de régulation de l'aviation civile (FAA) n'aurait pas correctement évalué la fiabilité du système de contrôle de vol du Boeing 737 MAX. Sa faible implication est notamment pointée du doigt.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le régulateur américain mis en cause pour son manque d'implication dans le contrôle des Boeing 737 MAX
Le système de contrôle de vol du Boeing 737 MAX est mis en cause dans les crash mortels survenus récemment.

L'autorité américaine de régulation de l'aviation civile (FAA) n'a pas correctement évalué la fiabilité du système de contrôle de vol du Boeing 737 MAX, mis en cause dans deux catastrophes aériennes qui ont fait 346 morts en octobre 2018 et mars 2019, estime un comité international d'experts dans un rapport publié vendredi 11 octobre.

Le JATR (Joint Authorities Technical Review), un comité réunissant des experts de neuf pays, avait été mandaté en avril dernier par la FAA pour examiner la procédure d'homologation du logiciel anti-décrochage MCAS avant les deux accidents.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"L'équipe du JATR a estimé que le MCAS n'avait pas été évalué en tant que fonction complète et intégrée dans les documents de certification qui ont été présentés à la FAA", peut-on lire dans ce rapport de 69 pages que Reuters a pu consulter.

Délégation et faible implication de la FAA

Le JATR reproche en particulier à la FAA de déléguer des tâches de certification "de haut niveau" aux fabricants eux-mêmes et estime que cette pratique de longue date doit être revue en profondeur afin d'assurer la fiabilité des procédures.

"L'extension de délégation ne compromet pas en elle-même la sécurité si elle est suivie et supervisée par la FAA", souligne le rapport. "Mais dans le cas du programme B737 MAX, la FAA n'avait pas une connaissance suffisante du MCAS ce qui, associé à sa faible implication, l'a rendue incapable de fournir une évaluation indépendante."

L'administrateur de la FAA (Federal Aviation Administration) a déclaré qu'il examinerait les recommandations du JATR et prendrait les mesures adéquates.

Boeing n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

Avec Reuters (David Shepardson, avec Jamie Freed à Singapour; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS