Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le rééquilibrage au sein de l’Alliance Renault-Nissan fait sens (si on regarde les chiffres)

Pauline Ducamp , ,

Publié le

Analyse La montée de l’Etat au capital de Renault en avril a mis en lumière le déséquilibre dans l’actionnariat de l’Alliance entre Renault et Nissan, à la vue notamment de leur contribution respective au groupe. Si un rééquilibrage paraît logique, il devra s’accompagner d’une réflexion sur la gouvernance de l’Aliance.


Usine Nissan - DR

Renault ! Nissan ! Combien de divisions ? C’est un peu l’image qui vient à l’esprit à l’évocation du projet de rééquilibrage de l’actionnariat au sein de l’Alliance franco-japonaise. Cette hypothèse avait été lancée en avril lors de la montée au capital de Renault par l’Etat. Des proches des dirigeants de Nissan l’ont, semble-t-il, remise sur le devant de la scène le 27 octobre, veille de l’ouverture du salon de Tokyo.

Vu les chiffres respectifs des deux constructeurs, elle n’est pas totalement saugrenue. "L’Alliance est devenue déséquilibrée depuis la ratification des droits de votes doubles lors de l’AG du 30 avril 2015. L’Etat détient potentiellement 28% des droits de votes de Renault (avec seulement 15% du capital) qui détient 43,4% du capital et des droits de votes de Nissan, alors que Nissan détient 15% du capital de Renault sans pouvoir exercer ses droits de votes, résume le cabinet Invest Securities. On peut comprendre que la balance soit plutôt déséquilibrée".

depuis 1999, les choses ont changé

Alors que Nissan a été sauvé en 1999 par Renault, le Japonais vend aujourd’hui deux fois plus de voitures que son partenaire, pour un chiffre d’affaires deux fois plus important. Un rééquilibrage dans l’actionnariat n’est donc pas une ineptie.

Derrière ces manœuvres, une autre question se pose : l’approfondissement de l’Alliance, et le rôle de Carlos Ghosn. Au côté de Louis Schweitzer, puis seul aux commandes de l’attelage, il a construit le groupe sur un respect des deux cultures et une intégration très progressive.

Le résultat : un partenariat durable devenu 4ème constructeur mondial. Depuis l’an dernier, les synergies concrètes et les instances communes se sont multipliées. Mais le pouvoir reste concentré entre les mains de Carlos Ghosn, PDG de Renault, de Nissan et président du directoire de l’Alliance.

Au-delà d’un rééquilibrage de l’actionnariat, c’est peut-être aussi une réforme de la gouvernance de l’Alliance Renault-Nissan qui doit être envisagée, pour lui offrir un équilibre et une pérennité au-delà d’un seul homme. Consciemment ou pas, c’est peut-être cette réflexion qu’a lancé Emmanuel Macron en avril dernier.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/11/2015 - 14h43 -

N'oublions pas que sans Renault, Nissan ne serait probablement plus. Renault a su stratégiquement jouer et gagner lors de la prise de contrôle de Nissan. Il est donc normal que Renault tire les bénéfices de son action positive qui a grandement servi à la marque japonaise. L'alliance a été bien au delà dans les échanges entre les deux partenaires par rapport à tout ce qui se pratique par ailleurs. Peut-être trop d'aiileurs au désavantage de Renault sur certaines technologies clés pour l'avenir. Il ne s'agit pas maintenant de laisser un grand groupe français se laisser "manger" par le fruit de son action positive. Il y a un certain nationalisme que l'on n'ose pas mettre en évidence derrière ces questionnements. J'espère que l'état saura jouer son rôle vis à vis de la présidence de Renault afin que le groupe français ne soit pas dilué de l'intérieur, tout en gardant l'esprit de l'alliance qui a fait son succès à ce jour.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle