"Le recyclage mécanique n’est pas la seule voie pour les déchets plastiques", Suez et LyonDellBasell le prouvent

LyondellBasell et Suez ont officialisé le 14 mars un partenariat inédit au niveau mondial dans le recyclage de déchets plastiques. Aux Pays-Bas, ils produiront ensemble des résines vierges à partir de déchets plastiques collectés et triés par Suez, pour servir le marché européen. Richard Roudeix, vice-président de LyondellBasell, détaille les objectifs de cet accord.

Partager
Dans l'usine Quality Circular Polymers (QCP) à Sittard-Geleen aux Pays-Bas, Suez et LyonDellBasell vont régénérer des déchets plastiques en résines de qualité vierge.

Portrait Richard Roudeix, vice-président de LyondellBasellQu’est-ce qui a motivé ce partenariat inédit entre LyondellBasell et Suez?

La réflexion est née du constat que le plastique reste un matériau pour le futur. Parce qu’il est léger, résistant et économique, il peut se substituer à beaucoup d’autres matériaux. Mais un problème se pose sur sa fin de vie. Nous avons souhaité l’aborder en prenant en compte toute la chaîne de valeur. Afin de procéder à un recyclage mécanique, il faut s’assurer en amont de la qualité des matières premières. Or, les déchets plastiques, ce n’est pas notre métier. Nous sommes parvenus à la conclusion qu'il valait mieux constituer une joint-venture avec un partenaire spécialisé dans le domaine pour les identifier, les collecter, les trier et les préparer. Suez est un leader dans le management des déchets. Il approvisionnera Quality Circular Polymers (QCP), à Sittard-Geleen (Pays-Bas), qui prendra en charge la transformation technique des déchets plastiques en polyéthylène (PE) et polypropylène (PP) dans une qualité équivalente à une matière vierge. LyondellBasell gèrera et commercialisera les produits recyclés auprès des clients, en complément de nos gammes et technologies de production de plastiques vierges. Les demandes progressent du côté de donneurs d’ordres tels qu’Ikea, Procter & Gamble, Unilever, L’Oréal… Nous serons aptes à les satisfaire.

Comment s’est structurée cette joint-venture, et s'est-elle réalisée en réaction à l'arrêt des importations de déchets plastiques par la Chine?

QCP était détenue par des banques et sociétés privées hollandaises. Suez était déjà l’un des actionnaires, mais il a monté sa participation à 50% et LyondellBasell a acquis les autres 50%. Nous sommes désormais les deux seuls propriétaires. Aucun partenariat stratégique de ce type n’existe à ce jour dans ce domaine sur la planète. La décision de la Chine d’arrêter ses importations de déchets n’a en rien joué dans le processus. D’une part, nos discussions étaient déjà engagées, d’autre part, nous ciblons un marché européen.

En quoi ce partenariat peut-il répondre aux attentes et objectifs de l’Union européenne en matière de recyclage des plastiques?

Le recyclage mécanique est une voie, la plus mature, mais il n’est qu’une partie de la solution puisque le recyclage chimique représente une piste très prometteuse qui résoudrait la plupart des problématiques complexes auxquelles ce recyclage mécanique se heurte, comme la composition des produits à recycler, les risques de dégradation de qualité à chaque cycle… Dans le recyclage chimique, on récupère la matière, on la transforme en huile et on revient à la production de plastiques vierges avec des propriétés et des performances exactement identiques à une première fabrication. Mais aujourd’hui, si nous avons les bases, les applications et des pilotes semi-industriels, il reste à franchir d’autres étapes sur le plan industriel pour y parvenir durablement. Les deux filières se développeront à terme sur leurs propres atouts. Avec notre joint-venture, nous participerons à accroître la recyclabilité des produits et l’utilisation de matières premières renouvelables puisque notre partenariat repose sur un plan d’augmentation progressive de nos capacités. Aujourd’hui, l’usine produit 25 000 tonnes de PP et de polyéthylène haute densité (PEhd) recyclés. Nous souhaitons atteindre 35 000 tonnes en 2018, puis 100 000 tonnes en 2020 [Suez et LyonDellBasell refusent de dévoiler les montants investis, Ndlr]. Cette croissance contribuera à porter la compétitivité de la filière à des niveaux économiques comparables à la production de matières premières vierges. Quand nous aurons atteint l’objectif, nous entamerons un déploiement d’autres plates-formes en Europe, dans d’autres pays que les Pays-Bas. Nous nous inscrivons vraiment dans le long terme.

Propos recueillis par Jean-Christophe Barla

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

34 - La Grande-Motte

Fourniture de matériels de balisage en mer

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS