Le recul du crédit aux entreprises inquiète les PME

Rien n’y fait, les chiffres sont têtus. L’encours des crédits a baissé pour la première fois depuis 10 ans. Les crédits de trésorerie reculent de plus de 10 %. Un sujet d’angoisse pour les PME fragilisées par la crise.

Partager

Pauvre René Ricol. Le médiateur du crédit traverse depuis bientôt un an la France d’est en ouest et du sud au nord pour aider les Pme qui connaissent des difficultés à obtenir un crédit. En vain serait-on tenté de dire à la lecture du dernier rapport de la banque de France.

Celle-ci vient de publier son enquête sur le volume de crédit distribué en juillet 2009. Il en ressort que pour la première fois depuis 1998 – date de création de l’indicateur – les encours de crédit accordés aux entreprises financières et non financières ont baissé de 0,3 % entre juillet 2008 et juillet 2009.

La chute des encours est due pour partie à la baisse des crédits aux établissements financiers qui a atteint 31,5 %. Toutefois, si le montant des crédits à l’investissement a lui aussi reculé de 5,5 % en juillet, après avoir baissé de 6,1 % en juin, sur un an, les crédits ont augmenté de 5,6 %

Fort recul des crédits de trésorerie


Plus inquiétant, le volume des crédits de trésorerie recule.
En juillet, ils ont diminué de 11,3 %. Et la dégradation est continue depuis 3 mois, en juin elle était de 8,8 % et de 4,5 % en mai. La CGPME a décidé de tirer le signal d’alarme, estimant que sur un an la chute atteint 10,8 % - depuis juillet 2008.

Dans un communiqué, l’organisation des PME s’inquiète : « si ce comportement irresponsable [la restriction des crédits de trésorerie] ne peut à lui seul expliquer la singulière envolée des défaillances (+18 % en juillet 2009 par rapport à juin 2008) il en est, sans aucun doute, en partie responsable ». Et de réclamer qu’après les admonestations, les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités.

Au moment du plan de sauvetage du secteur financier, les établissements bancaires s’étaient engagés à augmenter le volume des crédits accordés aux particuliers et aux entreprises de 3 à 4 %. Un objectif qui paraît désormais difficile à atteindre…

La CGPME propose aussi d’élargir les pouvoir du médiateur du crédit qui pourrait « devenir un régulateur du crédit ». Une promotion pour René Ricol…

4 Commentaires

Le recul du crédit aux entreprises inquiète les PME

framon
15/09/2009 18h:24

Les suites de la crise...

Les Etats-Unis repartent alors que l'Europe piétine. Les banques françaises ne prêtent plus car elle n'ont pas assez de fonds propres...

Ce qui arrive là est très bien décrit par jean-Pierre Chevallier dans sont blog. Depuis le début.

www.jpchevallier.com

Réagir à ce commentaire
charles
15/09/2009 18h:57

si seulement demain pouvait voir tous ces voeux pieux se réaliser
L'huissier sort de chez moi à la demande de ma banque, qui ne m'accorde aucune autorisation de découvert et me met en demeure de lui verser 30 000 € d'arriéré d'emprunt alors qu'elle n'ignore pas que mes bilans sont en progression de 12 % en moyenne annuelle depuis 5 ans
J'ose citer le nom de cette soit disant banque :
XXXXXXX propos modéré par l'administrateur du site

Réagir à ce commentaire
Michael
16/09/2009 00h:24

Non seulement les banques restreignent le crédit aux entreprises, mais la Coface diminue sans cesse la couverture des clients, alors qu'Euler hermes, l'assureur crédit allemand augmente les crédits entreprises.
Résultat, les entreprises françaises doivent demander un paiement comptant à leurs clients alors que les entreprises allemandes leur accordent de 30 à 60 jours de crédit. Les établissements financiers français considèrent ils que la situation économique de la france est à ce point désespérée ?

Réagir à ce commentaire
kerviepero
17/09/2009 12h:39

Les banques disent qu'elles n'ont pas restreint les crédits. A moins qu'elles accusent de mensonge les milliers de chefs d'entreprises qui ont plus de difficultés à obtenir des crédits, beaucoup de ces chefs d’entreprises l'ont déclaré devant les caméras depuis des mois.
Je crois plus volontiers ces personnes que les banques dont la principale source de richesse est devenue le flirt avec l’escroquerie. Les banques nous mentent donc encore.
Chez elles ce qu'on aurait appelé autrefois arnaques, mensonges ou fraudes est devenu légal grâce aux dérégulations organisées avec l'appui de puissants amis économiques, politiques et médiatiques.
Les financiers après nous avoir plongé dans la crise et démolis des milliers d'entreprises veulent encore dissimuler qu'ils plombent l'économie réelle.

Réagir à ce commentaire
4 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS