L'Usine Aéro

Le ravitailleur européen ATV bientôt sur orbite

Hassan Meddah

Publié le

Le ravitailleur spatial européen sera lancé mardi depuis Kourou en Guyane par la fusée Ariane afin d’apporter vivres et matériel aux astronautes de la station spatiale internationale. Sa spécificité: l'arrimage à l'ISS se fera de manière totalement automatisé.

Le ravitailleur européen ATV bientôt sur orbite
L'ATV Jules Verne, la génération précédente.
© DR

Le prochain décollage d’Ariane sera particulier. A coup sûr, il marquera un double record. Primo, si les conditions météo sont réunies, la fusée européenne s’arrachera ce mardi soir, 23H13 heure de Paris depuis le centre spatial guyanais pour la 200eme fois de son histoire. Secundo, elle réalisera son tir le plus lourd avec son bord un passager exceptionnel : l’ATV n°2 soit le deuxième ravitailleur spatial conçu par l’Europe.

Ce monstre de technologies a en effet des caractéristiques exceptionnelles: une masse de 20,1 tonnes pour 10 m. de longueur. Soit le double d’un satellite classique. C’est pour la bonne cause. L’ATV n°2 doit apporter vivres et matériel aux astronautes de la station spatiale internationale (ISS). Outre la mission de ravitaillement, l’ATV devra rehausser l’orbite du laboratoire spatial et la débarrasser de ses déchets.

Toutefois la prouesse technique essentielle de l’ATV n°2, baptisé du nom de l’astronome Johannes Kepler, est ailleurs. Son amarrage à l’ISS sera entièrement automatisé contrairement aux autres vaisseaux ravitailleurs spatiaux qui se «dockent» grâce à l’intervention des astronautes. Là, rien de tout ça. Aucun astronaute ou opérateur au sol depuis le centre de contrôle du CNES à Toulouse ne sera à la manœuvre, excepté en cas d’anomalie. Pourtant, l’ISS est en déplacement sur son orbite à 27000 km/h.

Pour cela, l’ATV procèdera par différentes phases d’approche, qui dureront au total huit jour avant l’amarrage final prévu le 23 février. Il exploitera tout une batterie de lasers, de GPS spatiaux et d’autres instruments de mesure (vidéomètre, télégoniomètre, réflecteurs…) pour optimiser sa trajectoire et calculer sa position par rapport à l’ISS. Au final, cet arrimage automatisé devrait s’effectuer avec une précision inférieure à 2 cm !

La mission totale du ravitailleur européen durera dès lors 3 mois et demi. Son prédécesseur l’ATV n°1 baptisé Jules Verne, lancé il y a deux ans, avait accompli sa mission avec succès. Johannes Kepler aura lui aussi des successeurs. L’agence spatiale européenne a confié à Astrium, filiale d’EADS, la conception de trois vaisseaux supplémentaires, tous réalisés à Brême en Allemagne.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte