Le rapprochement PSA-GM officialisé

Après plusieurs jours de rumeurs insistantes, l'accord entre PSA Peugeot-Citroën et GM a été annoncé en fin de journée, ce mercredi 29 février. Le rapprochement entre le constructeur automobile français et le constructeur américain est présenté comme "une alliance stratégique mondiale".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le rapprochement PSA-GM officialisé

Les deux constructeurs mettent sur pied cette alliance pour "améliorer leur compétitivité en Europe". Elle repose sur deux piliers, indique le communiqué diffusé annoncer ce rapprochement.

D’une part sur une plate-forme de véhicules, de composants et de modules,. "PSA Peugeot Citroën et General Motors partageront certaines plates-formes, modules et composants sur une base mondiale, de sorte à faire jouer un effet volume, à réduire les coûts liés au développement de nouvelles technologies et aux émissions de CO2, ainsi qu'à gagner en efficacité. Le partage de plates-formes permettra aux deux groupes non seulement de développer des applications au niveau mondial, mais aussi de mettre en place des programmes européens d'envergure, à moindre coût", indique le communiqué.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

PSA et GM se concentreront sur les véhicules particuliers de petite et moyenne taille, les monospaces et les crossovers. Les deux partenaires vont développer une nouvelle plateforme pour les véhicules à faibles émissions de CO2. Les premiers véhicules issus d'une plate-forme commune seront commercialisés à partir de 2016.

L’alliance repose également sur une joint-venture à l’échelle mondiale pour les produits et services d’un volume d’achat de 125 milliards de dollars. Les deux groupes pourraient par ailleurs mener des alliances dans d’autres domaines, comme la logistique ou les transports indique le communiqué. GM pourrait notamment établir une coopération avec Gefco, la filiale de PSA, qui assurerait sa logistique en Europe et en Russie.

Au total, les groupes espèrent deux milliards de synergies par an d’ici cinq ans. L’alliance sera dirigée par un comité de pilotage global qui regroupera les dirigeants des deux sociétés. Le PDG de PSA Philippe Varin a cherché à rassurer sur les conséquences sociales de cette alliance. "En ce qui concerne la production cette alliance n'a pas d'impact, elle est neutre", a-t-il déclaré. "Dans le domaine du développement, à partir du moment, pour PSA, où nous allons pouvoir être en mesure de faire plus de projets grace à l'augmentation de capital, cela est favorable en termes d'emplois."

PSA devrait procéder à une augmentation de capital avec droit préférentiel de souscription de un milliard d’euros. General Motors y souscrirait à hauteur de 7 % devenant alors le deuxième actionnaire de PSA, derrière le groupe familial Peugeot.

Une semaine de rumeurs

Ce rapprochement vient mettre un terme à des rumeurs et suppositions relayées dans les médias depuis le 21 février dernier. Face à l'ampleur du murmure médiatique, l'Autorité des marchés financiers, (AMF) a été contrainte d'intervenir au nom du respect des régles de fonctionnement boursières. Elle a demandé hier, mardi 28 février, à PSA de communiquer sur le sujet "dès que possible".

Si l'alliance entre PSA et GM apporte une nouvelle option de développement pour le constructeur français et son partenaire, elle suscite aussi des craintes de fermetures de sites et de suppressions de postes. Avant même que l'annonce officielle du rapprochement soit faite, des syndicats de PSA et de GM avaient prévu de se rencontrer dans les prochaines semaines, pour échanger des informations sur la situation sociale de chaque groupe. Déjà, quelques minutes après l'annonce officielle du rapprochement, les salariés d'Opel/Vauxhall - propriétés de GM - ont fait savoir qu'ils réclamaient un traitement équitable avec PSA.

Industriellement, cette alliance pourrait être l'occasion de développer une nouvelle plate-forme low-cost commune. Cela permettrait en particulier de développer des modèles populaires pour les pays émergents. Selon des informations recueillies par l'Usine Nouvelle, ce projet porterait le nom de code B-Popular (B-Pop).

Les bases de l'alliance PSA-GM

Par Patrick Déniel et le service Web

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS