Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le radar de surveillance spatial GRAVES va être rénové

Astrid Gouzik

Publié le

La direction générale de l’armement (DGA) a lancé la rénovation du système français de détection de satellites pour corriger les obsolescences naturelles d’un système entré en service en 2005.

Le radar de surveillance spatial GRAVES va être rénové

Dans un communiqué diffusé ce lundi 12 décembre, la direction générale de l’armement (DGA) annonce avoir lancé la rénovation de GRAVES (Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale), son radar de surveillance spatial. La mission a été confiée à l'Office national d'études et recherches aérospatiales (ONERA), en cotraitance avec la société Degreane Horizon. Le montant de l’opération n’a pas été révélé.

Mais à quoi sert GRAVES exactement ? En 1975, le président de la République française Valéry Giscard d’Estaing, confie par décret au Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) de l’Armée de l’air la responsabilité "de surveiller l'espace, les approches aériennes du territoire et l'espace aérien national, de déceler et d'évaluer la menace ; de fournir aux autorités gouvernementales et au commandement militaire les éléments de la situation spatiale et aérienne leur permettant de prendre les décisions qui leur incombent." Pour répondre à cette demande, l’Onera propose en 1990 de concevoir GRAVES, un système indépendant permettant de surveiller les satellites en orbite "basse". A l’origine de cette décision, un constat : plus de 9000 satellites ou objets dont la taille est supérieure à dix centimètres orbitent autour de la Terre selon le catalogue américain chargé de les répertorier.

2200 objets répertoriés en 2 ans

Parmi ceux-ci, nombreux sont ceux qui survolent la France quotidiennement, constituant ainsi une menace potentielle pour le territoire.
GRAVES est mis en service le 15 décembre 2005. Deux ans plus tard, il a déjà répertorié plus de 2 200 objets dont plusieurs dizaines de satellites qui passent au-dessus de la France, jugés sensibles pour la France et pour lesquels aucune information n'existe. Il détecte notamment une trentaine de satellites espions principalement américains et chinois jusqu'alors non répertoriés.

L’objectif prioritaire était de concevoir un système peu coûteux tant en terme de développement que de maintenance. Cette approche a conduit à un concept original de radar bistatique à balayage électronique et émission continue en bande VHF. Le système de réception est basé sur la détection Doppler et met en œuvre une technique innovante de formation de faisceaux par le calcul. "La rénovation de GRAVES va permettre de traiter les obsolescences naturelles d’un système entré en service en 2005 et, à terme, d’améliorer sa performance de détection face aux objets spatiaux de plus en plus nombreux et aux dimensions de plus en plus réduites", indique la DGA dans un communiqué.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle