Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le rachat de Monsanto vire au cauchemar pour Bayer

Publié le , mis à jour le 11/04/2019 À 12H43

Le président du directoire de Bayer a annoncé jeudi 11 avril que le groupe était lourdement affecté par les procès sur le Roundup, produit phare de sa filiale Monsanto.  

Le rachat de Monsanto vire au cauchemar pour Bayer
Le président du directoire de Bayer a reconnu jeudi que le groupe chimique allemand était confronté à de grandes difficultés en raison de la multitude de poursuites judiciaires engagées contre sa filiale Monsanto et son herbicide Roundup. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman
© Yves Herman

Les entreprises citées

Le président du directoire de Bayer Werner Baumann a reconnu jeudi que le groupe chimique allemand était confronté à de grandes difficultés en raison de la multitude de poursuites judiciaires engagées contre sa filiale Monsanto et son herbicide Roundup, soupçonné d'être cancérigène.

"Nous avons perdu deux procès en première instance. C'est pourquoi l'entreprise est lourdement touchée. On le voit dans le cours de notre action", a déclaré Werner Baumann lors d'une table ronde organisée dans une université à Cologne.

"On l'observe de manière différente, principalement ici en Allemagne et en France - dans une moindre mesure aux Etats-Unis - en ce qui concerne notre réputation", a-t-il ajouté.

Risques de cancer présumés liés au Roundup

L'action Bayer a perdu plus d'un tiers de sa valeur, faisant chuter la capitalisation boursière du groupe d'environ 30 milliards d'euros, depuis qu'un jury aux Etats-Unis a décidé en août dernier que le chimiste allemand pouvait être tenu responsable du manque d'informations fournies par Monsanto au sujet des risques présumés de cancer liés au Roundup. Un autre jugement similaire, défavorable à Bayer, a encore été rendu le mois dernier.

Plus de 11.000 plaignants réclament des indemnités à Bayer pour leur exposition au Roundup de Monsanto. "Il y a beaucoup de politisation, de campagne et de propagande qui vont totalement à l'encontre du statut réglementaire actuel de nos produits. Cela a poussé les avocats américains à lancer des actions en justice, une grande activité aux Etats-Unis", a dit Werner Baumann.

L'Agence américaine de protection de l'environnement, l'Agence européenne des produits chimiques et d'autres organismes de régulation à travers le monde ont déclaré que le glyphosate, le composant actif du Roundup, n'était probablement pas cancérigène pour l'homme.

Le groupe de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est toutefois parvenu en 2015 à une conclusion différente et a classé le glyphosate dans les substances "probablement cancérigènes pour l'homme".

Un rachat qui tourne au cauchemar

Bayer a racheté Monsanto l'an dernier pour 63 milliards de dollars (56 milliards d'euros).  Depuis, le titre de Bayer ne cesse de dégringoler en Bourse. En cause, la multiplication des décisions judiciaires établissant un lien entre l’utilisation du glyphosate – la principale substance du Roundup, le produit phare de Monsanto –, et le déclenchement de lymphomes non hodgkiniens.

Pour sa part, Bayer conteste les jugements rendus et note aussi que les régulateurs à travers le monde ont autorisé le produit. Mercredi 10 avril, Deka Investment, l'un des principaux actionnaires de Bayer, s'en est pris à la direction du groupe allemand en l'accusant d'avoir sous-estimé les risques juridiques liés à cette acquisition, ce qui pourrait annoncer une assemblée générale particulièrement tendue le 26 avril.

Le titre Bayer perdait 0,88% à 60,93 euros vers 09h45 GMT à la Bourse de Francfort, dont l'indice Dax était stable au même moment.

Avec Reuters (Ludwig Burger; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

12/04/2019 - 01h02 -

Bayer-Monsanto est potentiellement en faillite ....
Répondre au commentaire
Nom profil

11/04/2019 - 21h33 -

J'ai eu la même réflexion que Bretzner, au moment du rachat. Je me suis demandé ce qu'allait faire Bayer d'un tel investissement pour le moins risqué ? D'ailleurs on pouvait bien penser que si Monsanto cherchait à se vendre c'était bien à cause de cette escroquerie qui faisait croire dans ses publicité que le chien qui enterrait son os ne risquait rien avec son herbicide ?.Alors qu'aujourd'hui on retrouve dans tous les milieux les polluants de l'agriculture intensive, sensés n'avoir d'action que sur les insectes ou les cellules végétales ?Oubliant du même coup que les corps humain est lui aussi doté de cellules, qui peuvent muter sous l'effet des polluants et provoquer ainsi des anomalies génétiques ,avec des membres qui ne se développent pas,des cancers,ou une multitude de maladies plus ou moins graves qu'on met trop facilement sur le compte de la descendance pour ne pas vouloir cibler les agressions des produits photo-sanitaires. Sanitaire est sans aucun doute de trop !
Répondre au commentaire
Nom profil

11/04/2019 - 15h04 -

au moment du rachat de Monsanto par bayer le problème existait déjà, je pensais alors que monsanto se débarrassait du bébé.... ET JE SUIS LOIN D' ETRE UN GRAND ECONOMISTE !!! comment Bayer n'y a pas réfléchi !!!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

12/04/2019 - 03h00 -

Je ne pense pas qu'un groupe comme Bayer puisse faire une si grossière erreur sur le rachat de Monsanto.... car le nombre de procès contre Monsanto va aller en s'accentuant....de même que le nombre de procès à l'échelle mondiale contre Bayer va en s'agrandissant entre les essure et le propecia.... Donc stratégie du groupe..... reste à savoir laquelle?
Répondre au commentaire
Nom profil

12/04/2019 - 11h26 -

Ce qui me choqué le plus c'est pourquoi un groupe pharmaceutique qui a pour vocation de soigner l'humanité rachète Monsanto ? La dangerosité du produit était parfaitement connue comme l'a révélé les documents déclassés par la justice américaine et Monsanto à de nombreux antécédents d'empoisonnement : agent orange, pyralène... Il me semble salutaire pour l'humanité que cette entreprise disparaissent. Mais à qui a profiter les 63 milliards de Bailler afin que les vrais coupables s'en sorte avec une énorme cadeau de départ ?
Répondre au commentaire
Nom profil

12/04/2019 - 13h01 -

Ben sue qu ils y ont pensé mais il y a aussi des brevet en pagaille avec le rachat de Monsanto!
Répondre au commentaire
Nom profil

12/04/2019 - 13h55 -

Je pense la même chose que vous, 56 milliards à l'achat, déjà 30 milliards de perte en capitalisation boursière, du grand n'importe quoi et dire que ce sont censés être des gens intelligents, je reste sans voix devant autant de bêtise...
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle