Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Le rachat de Baker Hughes par GE finalisé

, , ,

Publié le , mis à jour le 04/07/2017 À 06H36

HOUSTON (Reuters) - General Electric a finalisé lundi 3 juillet le rachat de Baker Hughes en fusionnant ses propres activités dans les hydrocarbures avec son compatriote. Cette opération donne naissance au deuxième fournisseur mondial de services au secteur pétrolier par le chiffre d'affaires derrière Schlumberger.

Le rachat de Baker Hughes par GE finalisé
General Electric a finalisé lundi le rachat de Baker Hughes en fusionnant ses propres activités dans les hydrocarbures avec son compatriote, une opération qui donne naissance au deuxième fournisseur mondial de services au secteur pétrolier par le chiffre d'affaires derrière Schlumberger. /Photo d'archives/REUTERS/Daniel Becerril
© Daniel Becerril

General Electric a finalisé lundi 3 juillet le rachat de Baker Hughes. Le nouvel ensemble, baptisé "Baker Hughes, une société de GE", sera coté mercredi 5 juillet à la Bourse de New York sous le symbole "BHGE" et disposera d'un siège social à Londres et à Houston.

Doté d'un chiffre d'affaires annuel combiné d'environ 23 milliards de dollars, il fournira divers équipements pétroliers dont des dispositifs anti-éruption, des pompes, des forages, des produits chimiques et d'autres infrastructures et services aux producteurs de pétrole dans 120 pays.

Le conglomérat américain avait obtenu mi-juin le feu vert conditionnel des autorités américaines à cette fusion, en acceptant de céder son activité Water and Technologies Business..

Pour Baker Hughes, l'opération lui permet de changer de dimension en devenant un acteur encore plus important du secteur, alors que les autorités de la concurrence avaient bloqué l'an dernier son projet de fusion avec son concurrent Halliburton.

Pour GE, l'accord lui permet de se concentrer davantage sur le secteur du pétrole et du gaz, en particulier en Amérique du Nord, tout en protégeant les bénéfices de la maison mère des effets cycliques inhérents au secteur.

Toutes les activités de GE liées au pétrole et au gaz seront transférées dans le nouvel ensemble, qui sera détenu à 62,5% par le conglomérat américain. Le solde du capital reviendra aux actionnaires de Baker qui recevront par ailleurs un dividende non récurrent de 17,50 dollars.

Pour Reuters, Liz Hampton et Ernest Scheyder; Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle