Le rachat d'actifs d'EDF augure d'autres acquisitions asiatiques

LONDRES (Reuters) - Le rachat par le milliardaire hongkongais Li Ka-shing des réseaux de distribution électriques d'EDF au Royaume-Uni laisse à penser que des investisseurs asiatiques pourraient mettre la main sur des actifs semblables, estiment des analystes.

Partager

Un consortium rassemblant Cheung Kong Infrastructure et Hong Kong Electric a offert 5,8 milliards de livres (6,9 milliards d'euros) pour les trois réseaux mis en vente par le français, des activités qui nécessitent des investissements mais susceptibles de leur assurer une rentabilité intéressante.

"Le prix déboursé suggère que la Chine considère le Royaume-Uni comme un marché attractif et stable à conquérir. Cela montre l'étendue des capitaux en provenance d'Asie disponibles pour être injectés sur le marché britannique", explique Andy Cox de KPMG.

"Je pense que cela devrait encourager d'autres propriétaires de réseaux à évaluer leur portefeuille et la rentabilité de celui-ci, au regard d'une cession d'actifs et d'un investissement ailleurs."

Le prix élevé proposé par le consortium hongkongais pourrait précipiter de telles cessions.

"Je ne pense pas qu'il y ait un propriétaire d'actifs de réseaux de distribution en Grande-Bretagne qui ne chercherait pas à vendre ses actifs pour ce montant", explique Lakis Athanasiou, analyste chez Evolution Securities.

"C'est peut-être une tendance qui s'amorce. On a déjà vu cela dans le pétrole et le gaz en Europe", ajoute Andy Cox.

Kwok W. Wan, Victoria Bryan, Catherine Monin pour le service français, édité par Marc Angrand

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS