Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Quick response manufacturing (QRM), un bon moyen de concilier délais courts et productions spécifiques

,

Publié le

Tribune Les 28 et 29 novembre 2013 se tiendra à Strasbourg une conférence sur le Quick Response Manufacturing. Encore peu connue des industriels français, cette méthode développée par le professeur américain Rajan Suri se pose en réponse à la demande croissante de personnalisation des produits. Mais que se cache exactement derrière ces trois lettres QRM ?

Le Quick response manufacturing (QRM), un bon moyen de concilier délais courts et productions spécifiques © D.R.

Comment faire face à un marché qui évolue vers des produits toujours plus spécifiques, toujours moins chers et avec des délais de plus en plus courts ? Cette question, tous les industriels se la posent, quel que soit leur secteur d’activité.

L’économie de production où l’on vendait des produits banalisés en grande quantité, c’est terminé. La célèbre phrase d’Henry Ford, "un client peut demander cette voiture en n’importe quelle couleur, du moment que c’est du noir", appartient définitivement au passé. En effet, si l’on reste dans le domaine automobile, aujourd’hui chaque modèle de voiture se décline en plusieurs milliers d’options. Ce qui veut dire que chaque voiture commandée est quasiment unique pour répondre aux exigences spécifiques du client. Ainsi, l’usine Audi de Neckarsulm ne produit-elle jamais deux véhicules A8 strictement identiques sur une année. Devant ces évolutions du marché, quelle stratégie industrielle adopter ?

Le QRM au-delà du Lean

Le Lean Manufacturing, très répandu dans l’industrie depuis une quarantaine d’années, naquit chez Toyota dans les années 70. Ce système répondait parfaitement à la production de masse et faisait la chasse à toute variabilité avec des outils comme le Kanban ou le Takt time. Après des années de succès, on peut constater que le Lean Manufacturing n’est pas adapté à des marchés caractérisés par des changements rapides et de multiples spécificités. Alors, au-delà du Lean, quelle stratégie adopter pour tirer profit de cette variabilité de la demande qui peut être source de croissance pour nos entreprises ? Cette stratégie s’appelle Quick Response Manufacturing (QRM). La méthode QRM a été créée et développée depuis plus de vingt ans par le Professeur Rajan Suri, professeur émérite à l’Université du Wisconsin à Madison (USA).

Cette stratégie a été mise en place dans 300 entreprises américaines environ, de tous secteurs d’activité, dont de grandes entreprises comme Harley Davidson, John Deere ou P&H Mining Equipment, mais aussi dans de nombreuses PME comme Bosch Inges aux Pays-Bas. La démarche commence à se développer en Europe (Danemark, Pologne, Belgique, Pays-Bas, Espagne). La France et l’Allemagne, en revanche, sont toujours en phase de démarrage.

Qu’est-ce que le QRM ?

Le QRM est une stratégie globale d’entreprise dont le but est de réduire les délais, tant internes qu’externes. L’objectif recherché est de concevoir et fabriquer rapidement des produits pour répondre aux besoins spécifiques des clients, mais aussi réduire les délais de toutes les tâches au sein de l’entreprise. Le QRM permet de gérer la variabilité stratégique, qui plus est, dans des délais courts. Cet atout majeur donne aux entreprises un avantage concurrentiel de compétitivité et de croissance durable, en préférant la compétition du temps à la vaine et destructrice compétition des coûts.

L’approche QRM, c’est avant tout quatre notions-clés :

Première notion-clé : penser réduction du temps au lieu de réduction des coûts. Prendre conscience du pouvoir du temps : quels sont les gaspillages qui pourraient être réduits voire supprimés ? Quelles seraient les nouvelles opportunités de marchés pour votre entreprise, si les délais étaient réduits de 90% ?

Deuxième notion-clé : penser structure polyvalente  flexible au lieu de structure fonctionnelle rigide. Une "cellule QRM" est un ensemble de ressources dédiées, multifonctionnelles, localisées au même endroit, qui réalisent un ensemble d’opérations ininterrompues en toute autonomie, avec un seul objectif : la réduction des délais !

Troisième notion-clé : comprendre et valoriser la dynamique des systèmes. Planifier stratégiquement sur les ressources de la capacité disponible car dans un environnement à forte variabilité, un plan de charge des ressources au-delà de 85% voire 75% entraine mécaniquement un allongement des délais.

Quatrième notion-clé : déployer une stratégie unifiée pour toute l’entreprise. Au-delà de l’optimisation de l’atelier, l’approche QRM est tout-à-fait adaptée pour réduire également les délais des opérations administratives, de la gestion des approvisionnements, de l’introduction de nouveaux produits, du séquencement de la production, et même du système de planification.

Au final, le QRM arrive à point nommé en France, car à l’heure où nos industriels tentent de retrouver une dynamique de croissance, il apparaît essentiel de faire du temps et de la variabilité de vrais atouts concurrentiels.

Yves Rasquin, associé de Quick Response Enterprise, France-Yves Rasquin, associé de Quick Response Enterprise - France

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle