Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le projet Iter prend un an de retard

Publié le

Le réacteur expérimental subit les conséquences du séisme au Japon. Les premiers résultats sont dorénavant attendus pour 2020, et non plus 2019.

Le projet Iter prend un an de retard
Le site du chantier d'Iter.
© D.R.

Le premier réacteur à fusion nucléaire, construit à Saint-Paul-Lez-Durance dans le sud de la France, utilise des pièces fabriquées au Japon. La production de des éléments, dont des "cables supraconducteurs", est fortement perturbée par la catastrophe qui a touché le Japon.

Les gestionnaires du projet Iter ont dû réorganiser les étapes de mise en place. Le retard aurait pu aller jusqu'à deux ans. Le chantier a débuté en 2010, mais il n'y aura pas obtention d'un premier plasma avant fin 2020, au lieu de 2019.

Les travaux se poursuivent, les fondations du futur complexe sont actuellement coulées. Une première couche de béton armé a été déposée au fond d'un trou long de 120 mètres et profond de 20 mètres. L'installation finale pèsera 360 000 tonnes et s'élèvera à 60 mètres au dessus du sol.

Depuis son lancement, le projet a vu son coût tripler. Il s'élève aujourd'hui à 12,9 milliards d'euros. L'Union Européenne assure environ 45% du budget, des débat sont en cours sur les moyens de financer les surcoûts (1,3 milliard pour 2012-2013).

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/09/2011 - 15h20 -

C’est une bonne chose en soi, cela me laissera peut être le temps de vous expliquer après avoir eu l’idée du confinement magnétique du plasma comment arrivée à la Fusion contrôlée d’ici moins de cinq ans au maximum... Seulement voilà, excusez de mon intervention mercantile, mais il se trouve que je dois faire fasse à de très prochains frais médicaux que le statu qui m’a été savamment concocté ne me permettra pas de couvrir ; & omettons tout ces accotés que je m'interdit sous peine d'être interdit bancaire... Si vous trouvée la situation cocasse, je trouve comme vous qu’elle est aussi regrettable alors que les moyens ne semblent pas manqués par ailleurs... En souhaitant que les choses deviennent plus normale & normalisées, afin que l’on puisse s’autoriser le progrès à moindre frais pour en faire bénéficier les exclus sans se priver pour autant...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle