Le projet français pour la Grèce prévoit un adossement au FSEF

PARIS (Reuters) - Les banques françaises pourraient réinvestir à échéance une partie de leurs emprunts grecs dans des titres à coupons faibles potentiellement adossés au Fonds européen de stabilité financière (FSEF), écrivent lundi les Echos.

Partager

Le Figaro a rapporté dimanche que le Trésor et les institutions financières français s'étaient mis d'accord sur un scénario destiné à favoriser la participation des créanciers privés au plan de sauvetage de la Grèce.

Une source bancaire a confirmé dimanche soir à Reuters l'existence d'un tel accord.

La proposition des banques françaises ouvrirait la possibilité de réinvestir 70% seulement des sommes reçues lors des remboursements des emprunts grecs arrivés à échéance. Sur ce montant, 50% seraient alloués à l'achat de nouveaux emprunts grecs à 30 ans et non à cinq.

Les Echos indiquent que 20% seraient placés sur des titres à coupons faibles, potentiellement adossés à des obligations zéro coupon émises par le FESF.

La BNP et la Société générale n'ont pas souhaité commenter l'information. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès du Crédit agricole ou de Natixis.

Gilles Guillaume

0 Commentaire

Le projet français pour la Grèce prévoit un adossement au FSEF

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LES ECHOS
ARTICLES LES PLUS LUS