Bruno Le Maire juge les futures normes européennes antipollution pour l'automobile trop sévères

La France s'oppose en l'état aux propositions sur la prochaine norme antipollution européenne (Euro 7) pour l'automobile, jugée trop drastique pour inciter les constructeurs à améliorer encore les moteurs thermiques, déclare Bruno Le Maire dans une interview au Figaro parue le 13 avril.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bruno Le Maire juge les futures normes européennes antipollution pour l'automobile trop sévères
La France s'oppose en l'état aux propositions sur la prochaine norme antipollution européenne (Euro 7) pour l'automobile, jugée trop drastique, déclare Bruno Le Maire. /Photo prise le 8 avril 2021/REUTERS/Sarah Meyssonnier

"Des négociations sont en cours sur la prochaine norme Euro 7. Soyons clairs : à ce stade, cette norme ne nous convient pas. Certaines propositions qui circulent sont excessives. Nos constructeurs ne pourront pas suivre", prévient le ministre de l'Economie et des Finances dans un entretien croisé avec le directeur général de Stellantis, Carlos Tavares au Figaro. Selon ce dernier, "la norme Euro 7 va au-delà des simples règles de la physique!" "Elle rendrait tout simplement impossible la poursuite de la fabrication de voitures thermiques. Il faut donc rétablir un dialogue constructif et respectueux", poursuit Carlos Tavares.

"Le temps où bon nombre de règles européennes ont été élaborées sans échange avec l’industrie - qui a ainsi payé le prix du problème qu’a posé un seul de nos concurrents - est je l’espère révolu", ajoute-t-il par allusion à Volkswagen et au scandale du dieselgate de 2015.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La norme Euro 7 négociée d'ici l'été

L'Europe durcit régulièrement les normes d'émission de CO2 et de polluants des véhicules.

La prochaine norme limitant les émissions d'oxydes d'azote et de monoxyde de carbone, Euro 7, doit entrer en vigueur en 2025. En renchérissant encore le coût de la dépollution, elle est susceptible d'accélérer la baisse des motorisations thermiques et profiter par ricochet aux voitures électriques.

L'Association allemande des constructeurs (VDA) a déjà estimé que cette nouvelle norme allait trop loin.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, Jean-Stéphane Brosse)

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS