Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le projet d’acquisition de Qualcomm par Broadcom relance la folle consolidation des semi-conducteurs

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le géant américain des puces électroniques Broadcom a officialisé son projet d’acquisition de son compatriote Qualcomm, leader mondial des circuits mobiles. Une transaction à 130 milliards de dollars de nature à relancer la folle consolidation que connait l’industrie des semi-conducteurs depuis 2015.

Le projet d’acquisition de Qualcomm par Broadcom relance la folle consolidation des semi-conducteurs
Le géant américain des semi-conducteurs Broadcom lance une offre non sollicitée de rachat sur son compatriote Qualcomm.
© Julien Bergounhoux

C’est officiel. Le géant américain des semi-conducteurs lance une offre non sollicitée de rachat sur son compatriote Qualcomm, leader mondial des puces mobiles. La transaction se monte à la bagatelle de 130  milliards de dollars, ce qui en fait la plus grosse fusion-acquisition dans l’histoire de la high-tech. Si elle était finalisée dans un an comme l’espère Broadcom et si l'acquision de NXP par Qualcomm finissait par se conclure au début de 2018, elle créerait un groupe de 80 000 personnes et 51 milliards de dollars pro forma, le numéro trois mondial des semi-conducteurs, juste derrière l’américain Intel et le coréen Samsung Electronics.

5 acquisions en 3 ans

L’ex-Avago Technologies, qui s’est rebaptisé Broadcom en février 2016 après le rachat de Broadcom pour 37 milliards de dollars, fait montre d’un appétit insatiable. Durant les trois dernières années, il a mené pas moins de cinq acquisitions dont celles de LSI Corp et de Broadcom. En se lançant à l’assaut d’un acteur aussi imposant que Qualcomm, il repousse les limites à des niveaux jamais atteints dans les fusions-acquisitions dans la high-tech.

"Cette opération répond à une logique d’expansion sur le marché de connectivité réseaux et des mobiles, explique à L’Usine Nouvelle Jon Erensen, analyste chez Gartner. Broadcom est déjà fortement présent dans les circuits de connectivité de réseaux Ethernet et sans fil. Qualcomm domine, lui, le marché, des puces Modems de connectivité aux réseaux mobiles et des processeurs d’application. La combinaison des deux va créer un leader mondial sur l’ensemble des circuits de connectivités à la fois pour mobiles et pour l’Internet des objets."

Chainon manquant

Broadcom a tenté de se développer dans les processeurs d’application mobiles et les Modems. Sans succès. Il a été contraint de tirer sa révérence. Il en a fait de même dans l’Internet des objets en vendant son activité dans ce domaine à Cypress. Avec l’acquisition de Qualcomm, il revient en force sur ces deux marchés avec une position de leader. "Sans processeurs d’application, il était difficile pour Broadcom de s’imposer dans les Modems ou l’Internet des objets, note l’analyste de Gartner. Avec Qualcomm, il acquiert ce chainon manquant, essentiel aux marchés des mobiles et de l’Internet des objets."

L’offre de Broadcom arrive à un moment difficile pour Qualcomm qui doit faire face aux amendes de la Corée du Sud et de Taiwan pour abus de position dominante, et aux enquêtes du Japon, de la Commission européenne et des Etats-Unis sur ses pratiques en matière de licence de ses brevets dans les mobiles, pratiques soupçonnées d’être anticoncurrentielles. Elles ouvriraient la porte à des solutions négociées, non seulement avec les autorités de la concurrence dans ces pays, mais aussi avec Apple et un autre licencié important, avec lesquels Qualcomm est en conflit sur les redevances de ses brevets. Broadcom est en effet un grand fournisseur d’Apple et d’autres constructeurs mobiles. Il pourrait user de son influence pour lâcher du lest et revoir les conditions de licence des brevets.

Possibilité de filialisation des brevets

"En rachetant Qualcomm, Broadcom récupère aussi ses problèmes, précise toutefois Jon Erensen. Pas sûr qu’il accepte de brader la valeur du portefeuille de brevets de Qualcomm, qui constitue une source importante de revenu. Il pourrait toutefois filialiser cette activité pour la séparer des activités dans les puces, et régler le problème de conflit d'intérêt entre ces deux activités."

Cette opération est de nature à relancer la vague sans précédent de consolidation que connait l’industrie des semi-conducteurs depuis 2015. Alors que les années 2015 et 2016 ont connus des records de fusions-acquisitions, 2017 semblait marquer le pas jusqu'ici. Par son ampleur et son audace, le projet d‘acquisition de Qualcomm par Broadcom apporte une grande secousse au marché. "La consolidation dans le secteur reste une grande tendance de fond, estime l’analyste de Gartner. L’opération de Broadcom sur Qualcomm montre qu’il est toujours possible de repousser les limites. Elle pourrait donner des idées à d’autres acteurs." Cette industrie n’est pas au bout de nouvelles surprises.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle