Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le programme A350 est dans les temps… mais la facture s'alourdit

, ,

Publié le

Airbus a provisionné 434 millions d’euros sur le programme A350. Le groupe maintient son objectif de livraison des premiers appareils d’ici la fin de l’année.

Le programme A350 est dans les temps… mais la facture s'alourdit © Airbus

Le groupe Airbus, qui présentait ce mercredi 26 février ses résultats, a annoncé une provision de 434 millions d’euros sur le programme A350. En cause : des modifications dans la conception de certaines pièces, et les difficultés de Premium Aerotec.

Le groupe est, en revanche, dans les temps au niveau du planning du programme, qui prévoit une livraison en 2014 des premiers appareils. "Le troisième appareil devrait effectuer son premier vol aujourd’hui", a expliqué Tom Enders. Le groupe en est à mi-parcours de son programme de 2500 heures d’essais en vol. La première tranche de production comportait cinq appareils destinés aux tests.

Restructuration chez Premium Aerotec

"Nous allons entrer dans le deuxième batch de production, puis le troisième, a expliqué Harald Wilhelm, le directeur financier du groupe. Nous sommes à une phase critique. Nous avons fait une nouvelle analyse de programme 'bottom-up' afin de déterminer les coûts réels par rapport aux coûts prévisionnels".

La dérive financière du programme s’explique par des charges additionnelles sur des modifications de conception de certaines pièces suite aux essais en vol, ainsi que la difficulté de certains fournisseurs, au premier rang desquels Premium Aerotec, filiale d’Airbus spécialisée dans la production d’aérostructures métalliques et composites. "Les processus de fabrication n’ont pas été stabilisés et nous n’étions au niveau prévu, explique le directeur financier. Nous avons pris des mesures en 2013 avec le changement de la direction et une réorganisation en profondeur de l’entreprise, mais les résultats ne sont pas immédiats".

Un chiffre d’affaires en hausse

Y aura-t-il d’autres dérives budgétaires ? "Le programme A350 demeure très ambitieux. Toute modification du calendrier et des hypothèses de coûts pourrait avoir un impact croissant sur les provisions", indique, avec beaucoup de précaution, le groupe dans son communiqué de résultats.

La charge de 434 millions d’euros, associée à une provision de 292 millions d’euros pour la restructuration en cours de l’activité Défense et Espace du groupe, a pesé sur sa rentabilité. Au total, les charges exceptionnelles s’élèvent à 913 millions d’euros. "Notre marge s’améliore, a pourtant constaté Tom Enders. Elle est passée de 3,5 % en 2011 à 5 % en 2012 puis 6 % en 2013". Le patron du groupe fixe comme objectif une marge opérationnelle de 7 à 8 % d’ici 2015. Un objectif qui dépend de la capacité du groupe à limiter les charges non récurrentes comme celle observée sur le programme A350. "Nous ne pouvons pas garantir que c’est la dernière année où il y a de telles charges sur le programme", a néanmoins expliqué le PDG.

Le chiffre d’affaires du groupe, lui, progresse de 5 % à 59,3 milliards d’euros, tandis que le résultat net progresse de 22 % à 1,5 milliard d’euros. Le carnet de commande culmine à un niveau record de 686,7 milliards d’euros (contre 566,5 milliards en 2012).

A Toulouse, Patrick Déniel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle