Technos et Innovations

Le prix Nobel de Chimie 2012 à deux chimistes américains

, , ,

Publié le

Robert Lefkowitz et Brian Kobilka  ont élucidé la manière dont les cellules du corps humain sentent leur environnement, en découvrant la famille des récepteurs couplés aux protéines G. La moitié des médicaments passent par ces récepteurs pour agir.

Le prix Nobel de Chimie 2012 à deux chimistes américains © D.R.

Les récepteurs couplés aux protéines G, situés dans la membrane qui sépare les cellules du monde extérieur, sont sensibles à des hormones comme l’adrénaline,  mais aussi à la lumière, des odeurs, des saveurs…

Robert Lefkowitz, 69 ans,  est professeur de biochimie au Duke University Medical Center  de Durham, (Caroline du Nord) et  Brian Kobilka est professeur de Médecine et de Physiologie moléculaire et cellulaire à la Stanford University School of Medicine (Californie).

Lefkowitz s’intéresse aux récepteurs depuis plus de 40 ans… Dès 1968, son équipe a repéré des récepteurs en attachant de l’iode radioactif à diverses hormones. Ils ont ensuite extrait ces récepteurs, pour les étudier.

Dans les années 1980, avec Kobilka, ils ont isolé le gène qui code pour l’un de ces récepteurs. Quantité de récepteurs ont alors été identifiés. En 2011, Kobilka a réalisé une autre prouesse, en obtenant une image d’un récepteur au moment même où il est activé par une hormone et envoie un signal à l’intérieur de la cellule. Une sorte d’aboutissement pour des décennies de recherche.

Détails sur le prix Nobel de Chimie 2012

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte