L'Usine Aéro

Le prix de la Snpe côté propulsion se précise

,

Publié le

Selon nos informations, le montant de la valeur de la branche propulsion de la Snpe, bientôt vendue à Safran, pourrait être évalué autour de 400 millions d’euros. Et encore, la prise en compte de la dépollution pourrait diminuer ce montant de moitié.

Le prix de la Snpe côté propulsion se précise
Lancement d’une Ariane 5
© © CNES/ESA

Objet de tous les calculs, le montant de la transaction marque la dernière étape du projet de consolidation de la filière propulsion solide française sous bannière Safran. La valeur du périmètre de SNPE matériaux énergétiques (SME), filiales comprises, se situe aujourd’hui autour de 400 millions d’euros. Reste qu’une fois le coût de la dépollution déduit, cette valeur pourrait diminuer d'un quart... voire de moitié ! Le rachat de ce qui constitue la branche la plus précieuse du groupe SNPE par Snecma propulsion solide, filiale de Safran, semble ainsi mettre en jeu des sommes minimes au regard des enjeux. A côté, le montant versé par Total en janvier dernier (150 millions d'euros) pour que la SNPE se retire du procès AZF paraît grandiose. En gestation pourtant, un deal des plus stratégiques. Le rapprochement SNPE-Safran marquerait la réunion des fabricants du propergol et de la tuyère qui permettent à la fusée Ariane ou au missile balistique français de décoller. L’arrivée de MBDA dans la danse via la filiale Roxel, partagée à 50% avec la SNPE, ajoute sa ration de complexité diplomatique à la négociation en cours. 

L’arrivée de MBDA. Dernière nouveauté du dossier évoquée par les Echos,la possible prise de participation de MBDA. Une contrepartie du fait qu'avec ce rapprochement industriel, une filiale de MBDA se trouverait engloutie dans la nouvelle entité SNPE-SPS. « Dans la bataille de panier de crabes sur la Défense européenne, au lieu de se lancer à couteaux tirés, ils ont préféré un arrangement à l’amiable. Safran aura le leadership mais laissera à MBDA une grosse part de gâteau pour faire passer la pilule », analyse un syndicaliste.

L'avenir du groupe SNPE se dessine donc peu à peu, à la manière d'un puzzle que l'on déconstruit. La valeur de sa pièce maîtresse, le périmètre matériaux énergétiques (SME), peut étonner : 400 voire 200 millions d'euros semblent décidément bien peu, au vu de l'importance stratégique du joyau.

 Ana Lutzky

 

l'avenir en question POUR LE RESTE DU GROUPE

Eurenco.Manifeste avec l'arrivée de l'européen MBDA, l’axe Paris-Berlin se fait également jour au chapitre d'un autre appartement de l'immeuble SNPE : Eurenco. Ce fabricant de poudres et explosifs pour munitions, obus et petits missiles en est une  filiale à 60 %. Mal en point financièrement, Eurenco devrait passer sous le contrôle de Nexter, son principal commanditaire. Mais les 250 salariés du site de Sorgues ne sont pas rassurés pour autant. « Même si Nexter reprend l'affaire, nous dépendons des commandes d'Etat » précisait en décembre un syndicaliste. Le schéma deviendrait rapidement européen : un rapprochement avec Reinhmetall et sa filiale Nitrochemie, équivalent allemand du constructeur de chars Nexter et pourdrier Eurenco en France, est à l'étude. Le britannique Chemering pourrait ensuite entrer dans la ronde. Les actionnaires minoritaires d'Eurenco étant déjà suédois (Bofors ) et finlandais (Patria), le secteurs des munitions deviendrait in fine des plus européen.

Chimie civile. Outre les secteurs stratégique et tactique de la SNPE, le groupe public compte plusieurs secteurs d'activité civils. Une diversification qui n'est plus au goût du gouvernement. A l'étage chimie fine de la SNPE, la filiale Isochem est dans l'expectative. D’un bloc ou par appartements, il est certain qu'elle sera vendue : la maison-mère a décidé le 30 juin de relancer le processus de cession de son aire d'activité, qui emploie un total de 540 personnes en France (Isochem à Pont de Claix, Pithiviers, et Genevilliers) et en Hongrie (Framochem). Selon nos informations, la banque Rothschild a été mandatée pour cela. La banque s'y était déjà employée début 2008, mais le processus avait été stoppé faute d’offres convenables. Ironie de l'histoire, le site de Pont de Claix, qui produit des pesticides et des herbicides, pourrait passer sous le giron de Perstorp. Un retour à la case départ, quand l’ensemble de la plateforme chimique appartenait à Rhône-Poulenc. Les enchères risquent néanmoins de ne pas monter démesurément, le repreneur s'intéressant principalement aux brevets détenus par l'entreprise. A Pithiviers, la production s’arrête en 2010.

BNC. Quant à Bergerac Nnitrocellulose (BNC), dernier étage de la bâtisse SNPE en attente de démantèlement, son repreneur ne serait autre que l'allemand Wolff (Dow Chemical). Pour l'instant concurrent, Wolff fabrique et fournit des plastiques cellulosiques. Les salariés du site de Bergerac, ne se font néanmoins guère d’illusions. « Il se fabrique pas mal de coton-poudre en Asie. Nous essayons de miser sur la qualité, mais Bergerac ne trouve pas preneur », expliquait en décembre un délégué syndical. Si preneur finalement il y a, le prix sera dérisoire, et l’avenir peu certain : une fois la part de marché acquise, les usines risquent bien de migrer en Asie. Le plan de charge de l'usine est catastrophique : les 250 employés sont tranquilles jusqu’en 2010, et après ? « Niveau industrie il n’y a rien autour : du vin, de l’agriculture, et du tourisme » récapitule un salarié lucide.


« L’avenir du groupe SNPE en question »





Cliquez sur le tableau pour l'agrandir


 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/07/2009 - 11h39 -

Il ne faut pas oublier qu'il y a deux sites Roxel en région centre (Subdray et Ferté saint Aubin) qui totalisent plus de 200 personnes.
Le site du Subdray est d'ailleurs partagé avec MBDA ...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte